1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Municipales à Paris : face à Griveaux, les autres candidats LREM veulent une primaire
Le Parisien16/06/2019 à 07:10

Municipales à Paris : face à Griveaux, les autres candidats LREM veulent une primaire

Après des mois de fébrilité, l'heure n'est toujours pas à l'apaisement entre les six candidats à l'investiture LREM pour les municipales à Paris. Le climat s'est même singulièrement dégradé.Vendredi dernier, quatre d'entre eux - Cédric Villani, Hugues Renson, Anne Lebreton et Mounir Mahjoubi - ont décidé d'unir leurs forces afin d'infléchir le calendrier retenu par la commission d'investiture (CNI) qui prévoit de désigner le candidat dès le 10 juillet. Ils publient ce dimanche une tribune dans le JDD pour réclamer la tenue d'une consultation auprès des adhérents. Une sorte de primaire pour les départager.« C'est un verrouillage de l'appareil »Si les candidats s'agitent, c'est parce qu'ils redoutent un verrouillage du processus de désignation au profit de Benjamin Griveaux, ardent défenseur de l'idée d'une investiture rapide. L'ex porte-parole du gouvernement est aussi un proche de Stanislas Guerini, le patron de LREM. De quoi alimenter les soupçons.« Cela fait des mois que l'on voit se profiler ce scénario sur mesure pour Griveaux. C'est un verrouillage de l'appareil », s'emporte le conseiller d'un candidat. « Rien ne justifie de se hâter. Prenons le temps d'échanger sereinement avec les Marcheurs, de créer une dynamique de rassemblement », avance Hugues Renson.Autre motif de crispation, les candidats devront se soumettre à un grand oral de 45 minutes le 9 juillet : « On investira le lendemain celui qui a été le plus convaincant. Si personne ne sort du lot, on temporisera », assure un membre de la CNI. « Des entretiens de 45 minutes pour administrer la plus belle ville du monde ? C'est du foutage de gueule ! » peste un proche d'un compétiteur.«Quand on est dans un parti, on en respecte les règles»De quoi agacer Benjamin Griveaux : « Moi, je me conformerais strictement à ce qu'ont édicté le bureau exécutif du mouvement et la CNI. Quand on est dans un parti ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

2 commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

  • rillouto
    15 juin23:51

    qu'ils/elles sont pathetiques .... et dire qu'ils sont la pour nous representer ... tu penses !! .. ah, la carrière ..... pauvre pays .... certains critiques les russes pour leurs oligarques ... ils feraient bien d'arreter de donner des leçons ...

    Signaler un abus

Voir plus de commentaires

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer