1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Municipales à Paris : à LREM, les canifs sont de sortie
Le Parisien16/06/2019 à 22:56

Municipales à Paris : à LREM, les canifs sont de sortie

C'est ce qui s'appelle gâcher la fête... Lundi matin, la République en marche organise son grand raout pour lancer la campagne des municipales avec l'annonce des premières investitures de candidats dans une quinzaine de villes à travers la France. L'occasion de lever le voile sur la stratégie nationale du mouvement. Las, le sujet risque d'être éclipsé par la bataille à laquelle se livrent les postulants à l'investiture pour la course à la mairie de Paris.La faute à la tribune publiée dimanche dans le JDD où quatre des six compétiteurs en lice (Cédric Villani, Mounir Mahjoubi, Hugues Renson et Anne Lebreton) contestent le processus de désignation et demandent la tenue d'une consultation citoyenne pour départager les candidats. Comme une sorte de primaire qui ne dit pas son nom... « Cela intervient juste avant notre conférence de presse. Tout va être cristallisé sur Paris alors qu'on ne voulait pas parler de la capitale aujourd'hui », s'agace un cadre LREM.«Moi, je suis avec les Parisiens», répond GriveauxCe dernier épisode en dit long sur le climat pesant qui entoure la précampagne des postulants LREM dans la capitale. Et en particulier la guerre larvée qui les oppose à celui qui fait figure de favori : Benjamin Griveaux.L'ancien porte-parole du gouvernement - que Macron a autorisé à quitter le gouvernement pour mener campagne dans la capitale - plaide depuis des mois pour une investiture rapide, tandis que ses rivaux souhaitent attendre la rentrée. Certains vont jusqu'à dénoncer un verrouillage de la procédure de désignation au profit de l'ancien ministre, soulignant sa proximité avec le patron de LREM, Stanislas Guerini.Un front anti-Griveaux qui laisse le principal intéressé de marbre : « Ils sont quatre... souffle-t-il. Ils parlent entre eux, moi, je suis avec les Parisiens. » Et d'enfoncer le clou : « La procédure de désignation du candidat n'intéresse pas les Parisiens. Il faut ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer