1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Municipales à Forbach : face au FN, le suicide de l'UMP
Le Point06/03/2014 à 11:33

Florian Philippot est en tête dans les intentions de vote à Forbach.

"Nous sommes la principale force d'opposition", répète à l'envi Florian Philippot, dans son discret local du centre-ville. Le candidat frontiste est conforté dans son discours par de récents sondages qui le donnent en tête des intentions de vote au premier tour (35 %) et au coude-à-coude avec le maire socialiste sortant, Laurent Kalinowski, au second tour à Forbach. Avec 15 % des intentions de vote, l'UMP est dans les choux. Comment une ville gouvernée par la droite de 1953 à 2008 et qui a voté à 51,47 % pour Nicolas Sarkozy lors du second tour de l'élection présidentielle de 2012 a-t-elle pu à ce point tourner le dos à l'UMP pour aller vers le FN ?"Quand vous criez en allemand, en criant comme ça, ça donne de mauvaises images"Pour Florian Philippot, si son parti a damé le pion à l'UMP, c'est grâce à une "implantation réussie" et à "la meilleure équipe municipale de la campagne". Mais l'argument est un peu court pour expliquer la cote grandissante du parti dirigé par Marine Le Pen (la présidente du Front avait obtenu dans la ville 26 % des suffrages au premier tour en 2012, soit environ dix points de moins que les intentions de vote pour son bras droit au premier tour du prochain scrutin). D'autant que le candidat frontiste traîne un lourd handicap : ses origines. Dans le Grand Est plus qu'ailleurs, on se méfie des parachutés : "Philippot vient du Nord [il est né à Croix dans le Nord-Pas-de-Calais, NDLR]. Il n'a rien à faire ici. Qu'il...

Lire la suite sur Le Point.fr

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer