1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Votre compte a été clôturé.

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Pour des raisons de sécurité et pour continuer à accéder à votre espace membre, nous vous remercions de bien vouloir valider votre compte membre en cliquant sur le lien suivant : Je valide mon compte membre
Vous allez recevoir un email à l'adresse indiquée lorsque vous aviez créé votre compte.
Cliquez ensuite sur le lien présent dans le mail. Vous pourrez alors de nouveau accéder à votre compte membre.
Si vous n'avez pas reçu cet email, contactez-nous

Un email de confirmation vient de vous être adressé.

Mot de passe oublié ?

Devenez membre - Bénéficiez gratuitement de fonctionnalités et de services additionnels

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Municipales 2020: "quand on s'est allié avec LREM, ils nous ont tiré vers le fond", tacle Bruno Retailleau
Boursorama avec Media Services29/06/2020 à 10:42

C'est bien l'alliance avec la parti d'Emmanuel Macron qui a coûté Bordeaux à la droite, assure-t-il.

Bruno Retailleau à Paris, le 5 février 2019. ( AFP / LUDOVIC MARIN )

Le président du groupe Les Républicains au Sénat, Bruno Retailleau, a estimé lundi 29 juin que les alliances avec LREM s'étaient soldées par des échec aux élections municipales. Dans l'ensemble, le bilan de la droite s'avère mitigé. Alors que Les Républicains revendiquent "plus de la moitié des villes", le parti voit son ancrage local éclipsé par la perte de Bordeaux et peut-être de Marseille face aux écologistes, et celle de Perpignan enlevé par le RN.

"Forcément, ça fait mal, mais ce sont deux histoires très différentes", a expliqué Bruno Retailleau sur RTL. Pour lui, la droite doit tirer "deux leçons" des cas de Marseille et Bordeaux. "À Marseille, c'est une leçon politique, qui est éternelle : il n'y a pas de chemin plus court à la défaite que la division , a-t-il tranché, tout en soulignant qu'il y allait avoir un "troisième tour".

"Confusion des convictions"

Quant à Bordeaux, le problème vient, selon Bruno Retailleau, de l'alliance avec LREM. "Bordeaux, c'est peut-être aussi le fait qu'il y a eu confusion des convictions, a-t-il expliqué. On a bien vu que quand on s'est allié avec En Marche, En Marche nous a tiré vers le fond."

Malgré ces revers, le sénateur LR a trouvé des motifs de satisfaction. "On va rester très enracinés dans la France, dans la France des petites villes, selon lui. Des grandes villes aussi, comme Nice."

"Faisons attention, a toutefois prévenu Bruno Retailleau. Les succès locaux sont souvent dus à des personnalités, des maires LR qu'il faut féliciter. Mais on a un énorme travail à faire au niveau national si on veut être au niveau. (...) Le renouvellement est fondamental."

14 commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

  • rodan3
    29 juin15:18

    ok, mais ne vous réjouissez pas trop vite, même en politique les Verts démontreront leur incurie sur le terrain et ils se feront manger par les vieux loups de mer avec lesquels ils ont signé le pacte du du diable ... !!

    Signaler un abus

Voir plus de commentaires

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer