1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Votre compte a été clôturé.

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Municipales 2020 : les Franciliens attendent de leur maire de la «proximité»
Le Parisien08/07/2019 à 09:10

Municipales 2020 : les Franciliens attendent de leur maire de la «proximité»

« Voter, soupire Karim d'une voix rauque, je sais même pas si ça sert à quelque chose. » Son tee-shirt gris semble assorti aux tons pastel des tours de la Grande Borne, la principale cité de Grigny, elle-même l'une des villes les plus pauvres d'Essonne. La mairie est à vingt minutes de marche à peine de la Grande Borne, mais Karim est loin de ressentir son action au quotidien. « Quarante ans que ma mère habite ici, s'indigne-t-il, quarante ans qu'elle nettoie elle-même l'escalier de son immeuble, parce que la mairie ne le fait pas. »La mairie, c'est l'équipe de Philippe Rio (PCF), élu en 2014. Keda, retraité, regrette quant à lui le manque de services d'aide à la personne dans son quartier. A 75 ans, il apprécie son maire, mais n'hésite pas non plus à se plaindre. « La mairie ne fait rien, rien pour les vieux comme moi », martèle-t-il. Le Franco-Marocain regrette surtout l'absence d'installations pour les jeunes, les « fleurs d'un pays », comme il dit. Atef est de son avis, et il est un des premiers concernés. « Grigny a une image dégueulasse, déplore sous sa casquette le jeune homme de 22 ans. Un jour, un recruteur m'a dit, texto : Tu viens de Grigny, c'est mort, tu seras pas pris. »Comme les autres Grignois, il réclame davantage de services de proximité : « Il suffirait d'un centre de formation pour éviter aux jeunes la galère du chômage. » Galère qu'il a vécue pendant deux ans avant de décrocher un boulot de vendeur. Ce qui ne signifie pas qu'il n'apprécie pas Philippe Rio. Car le maire a le mérite de venir rendre visite aux habitants de la Grande Borne.LIRE AUSSI > Municipales 2020 de 2020 : pas de « dégagisme » en 2020La proximité suffit-elle à faire d'un maire un bon maire ? Oui, semblent répondre en chœur les habitants de Ville-d'Avray (Hauts-de-Seine). Thierry, cadre dans les assurances, est attablé à la terrasse du Saint-Cloud, un bar situé à deux pas de la ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer