1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Multiplication des menaces et insultes contre les élus LaRem
Reuters04/01/2019 à 18:04

MULTIPLICATION DES MENACES ET INSULTES CONTRE LES ÉLUS LAREM

PARIS (Reuters) - Les députés La République en marche Olivia Grégoire et Sacha Houlié ont allongé vendredi la liste des élus de la majorité victimes de menaces et dont la permanence a été dégradée depuis le début mouvement de contestation des "Gilets jaunes".

Les élus de Paris et de la Vienne ont porté plainte après avoir constaté les dégâts - des graffitis inscrits sur leurs portraits, essentiellement - commis contre leurs permanences de Paris et Poitiers, respectivement.

"Les lâches, les couards et les agitateurs ne me feront jamais taire", a écrit Sacha Houlié sur son compte Twitter. "Cette dégradation, qu'elle soit l'oeuvre des Insoumis ou des Gilets Jaunes, j'attends qu'ils s'en expliquent, s'en excusent et la réparent."

"Aucune intimidation ne me fera changer ma détermination à transformer ce pays. C'est la raison de mon engagement", a considéré pour sa part Olivia Grégoire sur le même réseau.

Avant Noël, la permanence de Niort du député des Deux-Sèvres Guillaume Chiche avait aussi été vandalisée, conduisant l'élu à porter plainte et provoquant un tollé des autorités locales.

Outre ces dégradations, de nombreux députés de la majorité ont reçu la visite de contestataires des "Gilets jaunes" à leur domicile, parfois en leur absence.

"GUILLOTINE"

D'autres ont été menacés sur les réseaux sociaux ou directement, comme le député de Haute-Saône Christophe Lejeune, qui a porté plainte contre un homme lui ayant lancé le mot "guillotine" le 20 décembre devant la préfecture de Vesoul.

Selon France Bleu, l'auteur des menaces, un ouvrier de 51 ans, a été condamné jeudi à quatre mois de prison avec sursis.

"Avec ce mot 'guillotine !' lancé à deux reprises, on dépasse le simple cadre de la manifestation", a considéré le procureur de la République de Vesoul.

Autre député LaRem visé : Florent Boudié, élu de la 10e circonscription de la Gironde, qui pilote à l'Assemblée nationale un groupe de réflexion sur l'islam et la laïcité. L'élu a dit avoir reçu des messages haineux et sa permanence à Libourne a été retrouvée maculée d'insultes le 31 décembre.

"Un sursaut républicain s'impose dans notre pays", a réagi sur Twitter à son sujet le président du groupe LaRem au Palais-Bourbon, Gilles Le Gendre.

Jean-François Mbaye, député du Val-de-Marne, a quant à lui posté vendredi sur Twitter une lettre d'insultes à caractère raciste rappelant des injures du même ordre reçues par sa collègue de Paris Laetitia Avia.

"En 2019, voici ce que je reçois encore de lâches anonymes à mon bureau de l'Assemblée. Suis-je choqué ? Apeuré ? NON ! Je suis encore plus déterminé à éradiquer le fléau raciste de notre beau pays la France", écrit Jean-François Mbaye, qui dit avoir l'intention de porter plainte.

(Elizabeth Pineau, édité par Yves Clarisse)

72 commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

  • b.giral
    07 janvier16:30

    par travailleurs, j'entends bien sûr tous les gens qui travaillent !

    Signaler un abus

Voir plus de commentaires

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer