Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

MSF veut une commission indépendante sur le bombardement à Kunduz

Reuters07/10/2015 à 12:21

(Actualisé déclarations, § 9 à 12) GENEVE, 7 octobre (Reuters) - L'ONG Médecins sans Frontières a réclamé mercredi la création d'une commission d'enquête humanitaire internationale sur le bombardement américain de son hôpital à Kunduz, dans le nord de l'Afghanistan, qui a fait 22 morts le week-end dernier. Cette commission indépendante, ajoute l'ONG, serait chargée dans le cadre des conventions de Genève d'établir le déroulement exact des faits en recueillant les informations de toutes les parties impliquées dans le bombardement, dont les Etats-Unis, l'Otan et l'Afghanistan. Ensuite seulement l'ONG décidera ou non de porter plainte. "Si nous laissons passer cela, cela reviendra au fond à signer un chèque en blanc à tous les pays en guerre", a déclaré le présidente de MSF International, Joanne Liu. Le général John Campbell, commandant des forces américaines et de l'Otan en Afghanistan, a admis mardi devant la commission des Forces armées du Sénat que l'armée américaine avait bombardé par erreur l'hôpital de MSF à Kunduz. (voir ID:nL8N1263O8 ) La Maison blanche a annoncé de son côté que le Pentagone avait ouvert une enquête. Mais MSF estime qu'elle ne peut se fier seulement à des enquêtes militaires internes menées par l'armée américaine, les forces de l'Otan ou les forces afghanes. "Il n'y a pas encore d'engagement en faveur d'une enquête indépendante", a regretté Joanne Liu lors d'une rencontre avec la presse à Genève. Pour l'ONG, le bombardement de Kunduz "n'a pas simplement constitué une attaque contre notre hôpital, c'était une attaque contre les Conventions de Genève. Cela ne peut pas être toléré." Ces conventions qui régissent le droit humanitaire et la protection des civils en temps de guerre, a ajouté le Dr Liu, "ne sont pas simplement un cadre légal abstrait mais la différence entre la vie et la mort pour les équipes médicales sur la ligne de front". MSF a écrit mardi aux 76 pays signataires du protocole additionnelle de la Convention de Genève qui a créé officiellement en 1991 la Commission internationale humanitaire d'établissement des faits. "Un seul pays peut activer cette commission. Le consentement des Etats impliqués est nécessaire", a souligné Françoise Saulnier, conseillère juridique de MSF. (Stephanie Nebehay; Henri-Pierre André pour le service français)

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.