Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Moscou reconnaît des contacts avec l'équipe de campagne de Trump

Reuters10/11/2016 à 17:43
    par Andrew Osborn 
    MOSCOU, 10 novembre (Reuters) - Le gouvernement russe a été 
en contact avec des membres de l'équipe de Donald Trump pendant 
la campagne électorale américaine et connaît la plupart de ses 
conseillers, a déclaré jeudi un des plus hauts diplomates russes 
à l'agence Interfax. 
    Accusé par sa rivale démocrate Hillary Clinton d'être une 
"marionnette" de Vladimir Poutine après avoir vanté les mérites 
du président russe, Donald Trump avait nié tout contact avec 
Moscou pendant la campagne. 
    Le vice-ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï 
Riabkov, a contredit jeudi la version du président élu. 
    "Il y a eu des contacts", a-t-il dit à Interfax. "Il y en a 
en ce moment et il y en a eu pendant la campagne." 
    Le diplomate a précisé que Moscou s'était rapproché de la 
plupart des proches alliés de Donald Trump, sans toutefois 
préciser lesquels. 
    "Evidemment, nous connaissons la plupart des gens dans son 
entourage. Ces personnes ont toujours été sous les projecteurs 
aux Etats-Unis et ont occupé des positions de haut rang", a-t-il 
expliqué. 
    "Je ne peux pas dire que tous sont restés en relation avec 
les représentants russes, mais certains d'entre eux." 
    Vladimir Poutine a salué l'élection de Donald Trump et s'est 
dit prêt à écrire une nouvelle page des relations entre les deux 
grandes puissances après la glaciation qui a caractérisé les 
dernières années du mandat de Barack Obama. 
    Outre les profondes divergences sur la Syrie, l'Ukraine et 
l'Otan, les autorités américaines ont accusé Moscou d'être à 
l'origine de cyberattaques contre les serveurs du Parti 
démocrate pendant la campagne, ce que le Kremlin a démenti. 
    Donald Trump a lui-même entretenu le trouble en invitant la 
Russie à l'aider à retrouver des courriels qu'Hillary Clinton 
aurait selon lui dissimulés pour échapper à des poursuites 
judiciaires. 
     
    L'UNION EUROPÉENNE S'INQUIÈTE POUR L'OTAN 
    Après sa victoire mardi, il a dit envisager de rencontrer 
Vladimir Poutine sans attendre son entrée à la Maison blanche, 
le 20 janvier. Le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov, a dit 
qu'une telle rencontre n'était pas au programme pour le moment. 
    Si le Parlement russe a acclamé l'annonce de la victoire du 
candidat républicain, Sergueï Riabkov s'est montré un peu plus 
circonspect. "Nous n'attendons rien de spécial de la nouvelle 
administration américaine", a-t-il assuré à Interfax. 
    La perspective d'un rapprochement russo-américain inquiète 
cependant les alliés de Washington, notamment l'Union européenne 
qui a imposé, de concert avec les Etats-Unis, des sanctions 
économiques à la Russie après l'annexion de la Crimée, en 2014, 
et le soutien apporté par Moscou aux rebelles séparatistes de 
l'est de l'Ukraine. 
    Selon des diplomates européens, ces sanctions devraient être 
prolongées comme prévu pour six mois en décembre, faute de 
réelle amélioration de la situation en Ukraine. 
    Mais l'investiture de Donald Trump et son approche présumée 
plus complaisante envers Moscou "risquent d'aggraver les 
divisions au sein de l'UE et rendraient plus difficile le 
maintien des sanctions", souligne un diplomate à Bruxelles. 
    Plusieurs membres des Vingt-Huit, dont l'Italie, la Hongrie 
et la Grèce, militent déjà pour une levée des sanctions. 
    Pour un responsable européen, l'UE ne devrait dans ce cas 
pas se focaliser sur ce sujet mais plutôt s'assurer que l'Otan, 
dont Donald Trump a questionné l'intérêt pendant la campagne, 
continuera à assurer sa sécurité. 
    "En réalité, les sanctions contre la Russie ne sont pas le 
sujet le plus important. La grande question, c'est ce qu'il 
(Trump) va faire avec l'Otan, car cela aura des répercussions 
importantes pour l'ensemble de la sécurité européenne, y compris 
les relations avec la Russie", souligne ce responsable.    
 
 (Avec Gabriela Baczynska et Robin Emmott à Bruxelles, Tangi 
Salaün pour le service français) 
 

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.