Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Moscou réclame 1,163 md à Paris pour le contrat Mistral

Reuters15/05/2015 à 15:37

* La proposition française sur le remboursement rejetée par Moscou * La Russie refuse que les Mistral soient vendus à un autre pays * Paris parle de discussions "à l'amiable" (Actualisé avec confirmation de la somme réclamée par Moscou) par Gleb Stolyarov et Marine Pennetier MOSCOU/PARIS, 15 mai (Reuters) - La Russie réclame 1,163 milliard d'euros d'indemnisation à la France pour l'annulation du contrat portant sur la livraison de deux porte-hélicoptères Mistral, a-t-on appris vendredi de source russe au fait des négociations. Moscou s'oppose en outre "pour le moment" à ce que les deux navires soient revendus à un pays tiers pour des questions de "sécurité nationale", ont déclaré vendredi d'autres responsables russes. Le journal russe Kommersant a été le premier à rapporter vendredi, en citant des sources militaires russes, que Moscou avait refusé la proposition française d'un remboursement de 785 millions d'euros, conditionnée au feu vert de la Russie à la revente des Mistral à un pays tiers, et réclamait 1,163 milliard d'euros d'indemnisation. Le responsable russe interrogé par Reuters a confirmé ces chiffres. "La somme de 1,163 milliard d'euros est légèrement en-dessous de la valeur du contrat", a-t-il précisé sous le sceau de l'anonymat. Conclue en 2011 sous la présidence de Nicolas Sarkozy, la vente à la Russie de deux bâtiments de projection et de commandement (BPC) est estimée à 1,2 milliard d'euros. Interrogé lui aussi sur des informations du Kommersant, le porte-parole du Kremlin a assuré qu'il ne s'agissait pas d'un sujet de désaccord majeur entre les deux pays. "Le principe est le suivant: soit les bateaux, soit l'argent", a résumé Dmitri Peskov, ajoutant que Vladimir Poutine et François Hollande s'étaient entendus sur ce point lors d'un entretien le mois dernier en Arménie. Il n'a pas souhaité commenter directement les informations de Kommersant, selon lequel Paris souhaite en outre que la revente ait lieu avant le remboursement. "DISCUSSIONS À L'AMIABLE" SELON PARIS Un haut responsable du ministère russe de la Défense a en revanche confirmé que la Russie s'opposait, en l'état, à ce que les navires soient revendus. "Les deux porte-hélicoptères Mistral ont été construits pour la marine russe, pour nos hélicoptères, nos systèmes de contrôle, notre infrastructure. Ces bateaux ne peuvent en aucune circonstance être cédés à un pays tiers pour le moment, c'est une question de sécurité nationale", a insisté Iouri Iakoubov, cité par l'agence de presse Interfax. De source française, on indique que "des discussions à l'amiable sont en cours sur les conditions et l'avenir du contrat" sans donner plus de précisions sur leur avancement. La livraison du Vladivostok, le premier des deux BPC construits à Saint-Nazaire (Loire-Atlantique), a été suspendue pour une durée indéterminée par la France l'an dernier en raison du rôle de Moscou dans la crise ukrainienne. Le deuxième BPC, baptisé Sébastopol, du nom de la ville de Crimée où est basée la flotte russe de la mer Noire, devait quant à lui être livré fin 2015 à la Russie. Le contrat Mistral, qui empoisonne les relations entre les deux pays depuis des mois, se trouve depuis plusieurs semaines entre les mains des avocats qui tentent de trouver une solution acceptable par les deux parties. Mi-avril, Vladimir Poutine avait fait savoir que la Russie entendait être remboursée des sommes déjà versées dans le cadre de ce contrat, tout en précisant qu'elle n'imposerait pas de pénalités à la France. (Avec Darya Korsunskaya, Gabriela Baczynska, Alexandar Vasovic à Moscou et Julien Ponthus à Paris, édité par Tangi Salaün et Yves Clarisse)

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.