Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Moscou laisse deux semaines à Paris pour livrer le Mistral

Reuters14/11/2014 à 13:03

MOSCOU LAISSE DEUX SEMAINES À PARIS POUR LIVRER LE MISTRAL

MOSCOU/PARIS (Reuters) - La France a jusqu'à fin novembre pour livrer le premier porte-hélicoptères Mistral à la Russie, faute de quoi Moscou formulera d'"importantes réclamations" financières, rapporte vendredi l'agence de presse russe Nia Novosti, citant une source russe haut placée.

Cet ultimatum présumé a suscité l'agacement du premier secrétaire du Parti socialiste Jean-Christophe Cambadélis qui a réaffirmé l'indépendance de la France dans ce dossier sensible sur fond de résurgence des tensions en Ukraine.

"M. Poutine non seulement veut fixer des ultimatums vis-à-vis de Kiev et de l'Ukraine mais à la France? Ce n'est pas comme cela que ça marche, M. Poutine", a dit le patron du PS sur Europe 1. "La France est un pays indépendant qui décide de ce qu'elle fait de la livraison ou pas des Mistral."

"S'il y a une avancée démocratique et une paix en Ukraine, on peut voir", a-t-il souligné, précisant que si la décision était prise à Paris, la balle était dans le camp de Moscou.

Le sujet devrait être abordé lors de la rencontre bilatérale prévue ce week-end entre François Hollande et Vladimir Poutine en marge de la réunion du G20 de Brisbane, en Australie.

Selon la source russe citée par Ria Novosti, la Russie se prépare "à différents scénarios d'évolution des événements".

"Nous attendrons jusqu'à la fin du mois avant d'émettre nos réclamations", a dit cette source, précisant que les experts examinaient le montant possible du préjudice dû à la non exécution du contrat. "Ce montant ne sera pas tenu secret."

Le porte-parole du groupe français DCNS, qui construit les Mistral, s'est refusé à tout commentaire.

"Nous sommes en attente des autorisations gouvernementales d'exportation nécessaires", a-t-il dit. "Nous n'avons toujours aucune date de livraison à ce stade".

Paris et Moscou ont conclu un contrat en 2011, sous la présidence de Nicolas Sarkozy, prévoyant la livraison de deux porte-hélicoptères Mistral à la Russie pour un montant d'environ 1,2 milliard d'euros.

La livraison du premier des deux, le Vladivostok, devait initialement intervenir en octobre, puis en novembre, mais le gouvernement français estime que les conditions "ne sont pas réunies" en raison des tensions persistantes en Ukraine.

La France n'évoque désormais plus d'échéance concernant la livraison du premier bâtiment à Moscou, indiquant simplement que la décision serait prise "le moment venu".

La livraison du deuxième navire est prévue pour 2015.

La Russie est accusée par l'Occident d'alimenter les tensions dans l'est de l'Ukraine en fournissant des armes aux rebelles indépendantistes pro-Russes, ce que Moscou dément.

(Marine Pennetier à Paris et Thomas Grove à Moscou, avec Cyril Altmeyer, édité par Yves Clarisse)

7 commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

  • mlaure13
    14 novembre18:50

    Pas d'inquiétude surdimensionnées...ça va s'arranger !...:-)))

    Signaler un abus

  • alvaro71
    14 novembre12:39

    Ce dictateur voudrait utiliser ces navires pour envahir d'autres pays et il faudrait dire "amen"

    Signaler un abus

  • groundze
    14 novembre12:39

    vu que l'on vend des armes à toute la planète c'est à dire à tous les états très pacifistes du monde (pour M84) qu'est-ce qu'on attend pour livrer ce bateau ? De plus en plus ridicule

    Signaler un abus

  • M1310580
    14 novembre12:27

    "Nous gouvernement français on se prend pas pour rien" et bien non on ne fait pas ce qu'on veut lorsque des engagements contractuels ont été pris avec un acheteur, ce monsieur le ministre semble ne rien y connaitre en matière commerciale, mais ça tout le monde le savait depuis longtemps, quel degré de nullité en matière de pragmatisme économique !

    Signaler un abus

  • M8404021
    14 novembre12:24

    Et un état qui annexe le territoire d'un autre (la crimée) vous lui trouvez quoi comme qualificatif?

    Signaler un abus

Voir plus de commentaires

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.