Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Moscou inflexible sur la Syrie avant le sommet du G20

Reuters04/09/2013 à 21:58

MOSCOU INFLEXIBLE SUR LA SYRIE AVANT LE SOMMET DU G20

MOSCOU/AMMAN (Reuters) - A la veille du sommet du G20 à Saint-Pétersbourg, où la Syrie devrait occuper une large place, Vladimir Poutine est resté inflexible face à la volonté des Occidentaux de "punir" unilatéralement le régime syrien pour le bombardement à l'arme chimique du 21 août dernier dans les faubourgs de Damas.

Sur le terrain, des opposants ont annoncé la défection en Turquie de l'ex-ministre syrien de la Défense et ancien chef d'état-major de l'armée Ali Habib, défection démentie par la télévision nationale.

A Stockholm, où il faisait escale avant de gagner jeudi la Russie, Barack Obama a continué de faire campagne en faveur d'une action militaire "limitée" visant à sanctionner l'attaque au gaz du 21 août, que les Etats-Unis imputent au gouvernement syrien et qui aurait fait selon eux plus de 1.400 morts.

"Ma crédibilité n'est pas en jeu. C'est la crédibilité de la communauté internationale qui est en jeu. Et la crédibilité de l'Amérique et du Congrès", a déclaré le président américain.

La commission des Affaires étrangères du Sénat américain devait se réunir à 14h00 (18h00 GMT) pour voter sur un projet de résolution autorisant l'usage de la force armée en Syrie.

En pleines tractations au Capitole, Vladimir Poutine a lancé une mise en garde aux élus du Congrès contre le vote de toute initiative unilatérale contre Damas.

"Tout ce qui est hors du Conseil de sécurité est une agression, exceptée l'autodéfense. Ce que le Congrès et le Sénat américain font maintenant revient par essence à légitimer une agression. C'est par principe inadmissible", a-t-il affirmé en reprenant les arguments invoqués la veille par le secrétaire général de l'Onu Ban Ki-moon.

Le maître du Kremlin a également accusé le secrétaire d'Etat John Kerry, qui s'est exprimé pendant trois heures la veille devant les sénateurs américains, d'avoir menti en minimisant le rôle d'Al Qaïda dans le conflit.

UNE ACTION "PONCTUELLE" ET "PROPORTIONNÉE"

Par la voix de Jean-Marc Ayrault, la France, seule alliée des Etats-Unis pour l'heure, a défendu le principe d'une opération "ponctuelle", "proportionnée" et "collective" contre des objectifs "significatifs" en Syrie.

Le Premier ministre français, lors d'un débat à l'Assemblée nationale sur la crise syrienne, a invoqué la nécessité de donner un "coup d'arrêt" à toute velléité d'utiliser des armes de destruction massive, en Syrie et ailleurs. Il n'a cependant pas convaincu l'opposition de soutenir une démarche qui a peu de chance d'avoir le feu vert de l'ONU.

La Turquie s'est déclarée prête à rejoindre une coalition internationale contre la Syrie, mais sans dire si cela implique une participation à une opération militaire.

Après les Etats-Unis la semaine dernière et la France lundi, l'Allemagne a rendu publics des éléments laissant penser que Damas est responsable du bombardement chimique du 21 août. Mais les services de renseignement, qui présentaient leurs conclusions aux députés du Bundestag, ont souligné qu'il ne s'agissait pas là de preuves absolues.

Berlin s'appuie notamment sur une conversation téléphonique interceptée entre un haut responsable du Hezbollah libanais et l'ambassade d'Iran à Damas. Durant cette communication, le responsable du Hezbollah chiite dit que le président Bachar al Assad a commis une erreur et perdu son sang-froid en ordonnant le lancement de cette attaque. L'Iran comme le Hezbollah soutiennent le régime syrien.

PREUVES

Dans un entretien accordé à l'agence de presse AP et à la première chaîne de télévision russe, Vladimir Poutine a indiqué qu'il n'excluait pas de donner son accord à une opération militaire en Syrie via le Conseil de sécurité de l'Onu s'il était démontré que Damas a utilisé des armes chimiques.

Mais il a de nouveau manifesté son scepticisme sur les preuves de la culpabilité du régime de Bachar al Assad avancées par les Occidentaux. Moscou soupçonne ouvertement les rebelles d'avoir eux-mêmes eu recours à des armes chimiques pour déclencher une intervention étrangère.

Moscou a ainsi cité des conclusions d'experts russes selon lesquels les armes chimiques utilisées en mars près d'Alep seraient similaires à des armes fabriquées par un groupe rebelle.

La défection du général Ali Habib a été annoncée par un haut responsable de la Coalition nationale syrienne (CNS, opposition), Kamal al Labouani. La télévision nationale syrienne affirme qu'il se trouve toujours chez lui.

Si cette défection était confirmée, le général Ali Habib serait la plus haute personnalité alaouite (branche du chiisme dont est issu le clan au pouvoir) à rompre avec Bachar al Assad depuis le début du soulèvement en mars 2011.

Né en 1939, il a été ministre de la Défense pendant un peu plus de deux ans, de juin 2009 à août 2011. Il l'était encore durant les tout premiers mois du soulèvement contre le régime. Habib, qui a rang de général, est originaire de Tartous, dans la frange alaouite des rivages de la Méditerranée.

Eric Faye et Jean-Stéphane Brosse pour le service français, édité par Tangi Salaün

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.