Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Moscou concrétise son soutien à Viktor Ianoukovitch

Reuters17/12/2013 à 18:45

MOSCOU CONCRÉTISE SON SOUTIEN À VIKTOR IANOUKOVITCH

par Darya Korsunskaya et Gleb Gorodyankin

MOSCOU (Reuters) - La Russie va réduire d'un tiers le tarif de ses livraisons de gaz à l'Ukraine et acquérir pour 15 milliards de dollars d'obligations émises par Kiev, semblant ainsi récompenser Viktor Ianoukovitch pour son refus de signer un accord d'association avec l'Union européenne.

La volte-face du président ukrainien, le 21 novembre, a déclenché un vaste mouvement de contestation et de remise en cause de son pouvoir. L'opposition, qui le soupçonne de vouloir brader les intérêts du pays à la Russie, a appelé à un nouveau rassemblement de masse mardi dans le centre de Kiev.

Moscou, qui redoutait de voir l'Ukraine échapper à sa sphère d'influence, voit en revanche d'un bon oeil le changement de pied de Viktor Ianoukovitch, qui a été reçu mardi au Kremlin par Vladimir Poutine.

Le président russe a annoncé que la compagnie pétrolière publique Gazprom allait consentir un important rabais sur les tarifs de ses livraisons de gaz naturel à l'Ukraine. Aujourd'hui facturé 400 dollars environ les 1.000 mètres cubes, le gaz russe passera à 268,5 dollars à compter du mois de janvier.

Les difficultés financières de l'Ukraine sont telles que le pays issu de l'éclatement de l'Union soviétique redoutait de ne pouvoir régler ses factures énergétiques cet hiver.

De même, la Russie va apporter un bol d'oxygène aux finances publiques de son voisin en achetant pour 15 milliards de dollars d'emprunts ukrainiens étalés sur cette année et l'an prochain.

Le ministre russe des Finances, Anton Silouanov, a précisé que ce programme d'achats d'obligations serait financé par le Fonds souverain russe.

La Russie a par ailleurs décidé de reprendre ses livraisons de pétrole à la raffinerie d'Odessa, rouverte en octobre après trois ans d'arrêt, selon des traders intervenant sur le marché des matières premières.

"FAIS DEMI-TOUR ET VA EN EUROPE"

Mais à Kiev, où le camp pro-européen mobilise sans relâche depuis quatre semaines, on estime que Viktor Ianoukovitch n'a rien à faire à Moscou.

"Nous ne lui avons pas demandé d'aller là-bas et de vendre l'Ukraine", lance Maria Sirenko, une femme au foyer de 40 ans présente dans le centre de Kiev avant le rassemblement organisé par l'opposition.

Sur la route de l'aéroport, des centaines de manifestants ont réclamé au président de renoncer à ses projets. "Ianoukovitch, ordonne à ton avion de faire demi-tour et va en Europe", pouvait-on lire sur une des banderoles agitées par ces contestataires.

Nombre des manifestants, qui étaient encore 200.000 dimanche à avoir bravé le froid et la neige pour rallier le place de l'Indépendance, point focal de la contestation, redoutent qu'en tournant le dos à l'Union européenne, Viktor Ianoukovitch ne précipite l'Ukraine dans le giron russe et ne renvoie le pays à son passé soviétique sous la férule des maîtres du Kremlin.

Vladimir Poutine a tenté de calmer le jeu en affirmant que l'aide apportée à l'Ukraine n'était "liée à aucune condition", à commencer par l'union douanière que Moscou a conclue avec la Biélorussie et le Kazakhstan.

"Ne vous emballez pas : nous n'avons pas du tout discuté aujourd'hui de la question d'une adhésion de l'Ukraine à l'union douanière", a dit le président russe.

Mais les opposants ukrainiens voient aussi dans un rapprochement avec l'UE un moyen d'importer en Ukraine des règles de bonne gouvernance susceptibles de limiter l'ampleur de la corruption et de favoriser les libertés publiques et la prospérité économique.

Un ancrage à l'Ouest serait en outre l'occasion d'approfondir l'Etat de droit dans un pays où l'opposition accuse le pouvoir d'influencer le système judiciaire comme l'a démontré, selon elle, la condamnation de l'ancien Premier ministre Ioulia Timochenko à sept ans de prison.

Avec Pavel Polityuk et Natalia Zinets à Kiev, Henri-Pierre André pour le service français, édité par Gilles Trequesser

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.