1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Mort de Shinobu Hashimoto scénariste de « Rashomon » et des « Sept Samouraïs »
Le Monde22/07/2018 à 17:05

Une scène du film « Les Sept Samouraïs » d'Akira Kurozawa.

Ce collaborateur d'Akira Kurosawa avait 100 ans. Il avait aussi écrit pour Mikio Naruse et Masaki Kobayashi.

Inconnu du grand public en dehors de son pays, le Japon, Shinobu Hashimoto était à l'origine de deux des œuvres qui ont le plus influencé le cinéma moderne, Rashomon et Les Sept Samouraïs, qu'il avait écrites avec leur réalisateur, Akira Kurosawa. Le scénariste, qui avait également travaillé avec Mikio Naruse et Masaki Kobayashi est mort le 19 juillet à Tokyo d'une pneumonie, il avait 100 ans.

Shinobu Hashimoto est né le 18 avril 1918 dans la préfecture de Hyogo. Comptable de formation, il est incorporé dans l'armée impériale en 1938. Il contracte la tuberculose et c'est pendant son séjour en sanatorium qu'il commence à s'intéresser au cinéma et à l'écriture, par le biais de revues. La paix revenue, il devient l'élève de Mansaku Itami, l'un des scénaristes les plus influents de l'industrie japonaise d'avant-guerre, tout en continuant à travailler comme comptable.

En 1948, il envoie à Akira Kurosawa, dont la gloire est ascendante, une adaptation de Dans un bosquet, une nouvelle de Ryonosuke Akutagawa. Le réalisateur la met de côté car il l'estime trop courte pour faire l'objet d'un long métrage. C'est en réfléchissant à la possibilité de porter à l'écran Rashomon, autre nouvelle d'Akutagawa, que Kurosawa se souvient du travail d'Hashimoto. Il le convoque (les deux hommes ont des souvenirs contradictoires de cette première rencontre, le scénariste se la rappelle très brève alors que le cinéaste raconte dans ses souvenirs qu'elle a duré « des heures ») et élabore avec lui le...

Retrouvez cet article sur LeMonde.fr

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer