Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Montebourg juge impossible que Renault ferme des sites français

Reuters25/01/2013 à 00:27

IL EST IMPOSSIBLE QUE RENAULT MENACE DE FERMER DES SITES EN FRANCE, SELON ARNAUD MONTEBOURG

PARIS (Reuters) - Arnaud Montebourg a assuré jeudi qu'il était impossible que Renault menace de fermer des sites en France dans le cadre des négociations en cours sur un plan de compétitivité avec ses syndicats, ayant pris des engagements contraires auprès du gouvernement.

Invité de l'émission Des Paroles et des actes sur France 2, le ministre du Redressement productif a en outre renouvelé ses attaques contre le géant sidérurgique ArcelorMittal, qui vient d'annoncer des fermetures de sites en Belgique, en l'accusant de "chantage" et de "mensonge" par rapport à ses engagements. Il a annoncé son intention de porter le dossier au niveau européen.

"Il n'est pas possible qu'il y ait fermeture de sites", a-t-il dit sur Renault, dont l'Etat français détient 15% du capital.

Selon lui, le constructeur, dans le plan automobile présenté en juillet par le gouvernement, "a pris l'engagement de ne fermer aucun site, donc il n'est pas possible qu'il y ait de fermeture de site, il n'est pas possible qu'il y ait le moindre chantage à la fermeture de site".

"Il n'y a pas de licenciements à Renault parce que nous l'avons exigé", a-t-il ajouté.

Des syndicats ont accusé la direction de Renault, qui l'a formellement démenti, d'avoir menacé de fermer deux sites en France si aucun accord n'était possible sur le plan de compétitivité en cours de négociation. Les propositions du groupe intègrent un gel des embauches, une forte modération salariale et une augmentation du temps de travail.

UN "EFFORT" DEMANDÉ À GHOSN

Dans ce contexte, Arnaud Montebourg a estimé qu'il ne serait "pas absurde" de demander au président de Renault, Carlos Ghosn, de "faire un effort sur ses propres émoluments puisque des demandes sont formulées à l'égard des autres salariés".

Il a rappelé que les deux représentants de l'Etat français au conseil d'administration de Renault avaient voté contre la rémunération de Carlos Ghosn lors de la dernière réunion consacrée à la question.

S'agissant d'ArcelorMittal, le ministre n'a pas renié ses propos tenus en novembre, lors de négociations tendues sur le sort du site lorrain de Florange, quand il avait déclaré que le groupe sidérurgique et son patron Lakshmi Mittal n'étaient "plus le bienvenu en France".

"Ce sont des propos qui ont été corrigés, nuancés mais ce sont des propos que tout le monde a eu le mérite de comprendre, donc ils étaient peut-être nécessaires", a-t-il indiqué, ajoutant : "Les méthodes de M. Mittal ne correspondent pas à l'esprit que nous acceptons en France lorsqu'il pratique le chantage, le mensonge."

"C'est d'ailleurs ce qui se passe en Belgique (...) vous voyez bien qu'il y a un problème de méthodologie Mittal", a-t-il poursuivi.

Arnaud Montebourg a déclaré qu'il avait eu jeudi un entretien avec son homologue belge sur les dernières annonces d'ArcelorMittal puis avec le Premier ministre Jean-Marc Ayrault et qu'ils étaient convenus de saisir les instances européennes du dossier de l'acier.

Yann Le Guernigou, édité par Pascal Liétout


Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.