Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Monsanto traîné en justice par un agriculteur malade

Reuters12/12/2011 à 19:44

par Catherine Lagrange

LYON (Reuters) - Un céréalier français tente de faire reconnaître par la justice la responsabilité de la multinationale Monsanto dans l'intoxication invalidante dont il estime être victime après avoir utilisé un herbicide aujourd'hui interdit.

La chambre civile du tribunal de grande instance de Lyon a examiné lundi le cas de Paul François, un agriculteur de 47 ans tombé gravement malade en 2004 après avoir manipulé du Lasso.

"Nous attendons du tribunal qu'il déclare Monsanto responsable du préjudice et que l'obligation d'information sur le produit n'était pas respectée sur l'étiquette", a dit devant le tribunal son avocat, François Lafforgue.

Il reproche également à la firme américaine d'avoir continué à commercialiser un produit identifié comme dangereux et déjà interdit à l'époque dans plusieurs pays dont le Canada, la Belgique et le Royaume-Uni.

"Monsanto connaissait la dangerosité de ce produit depuis 1982 et l'a laissé sur le marché le plus longtemps possible puisqu'il n'a été retiré en France qu'en 2007", dit l'avocat.

Paul François, qui exploite 400 hectares de céréales, avait l'habitude de traiter ses champs de maïs avec du Lasso.

C'est en vérifiant le contenu de la cuve contenant le produit après l'épandage qu'il a inhalé, le 27 avril 2004, des vapeurs du produit.

L'agriculteur a rapidement été victime de malaises. Souffrant de vertiges et bégaiement, il a bénéficié d'un arrêt de travail de cinq semaines avant d'être hospitalisé à plusieurs reprises dans les mois qui ont suivi pour divers troubles neurologiques. En février et mai 2005, soit un an après les faits, des analyses révélèrent la présence de chlorobenzère dans ses urines et ses cheveux, preuve d'une intoxication ancienne.

MONSANTO SE DÉFEND

La partie civile considère que le géant américain des phytosanitaires a commis une faute dans l'étiquetage du Lasso.

"Il n'y avait pas d'information claire sur l'étiquette", a avancé l'avocat, selon lequel il a fallu faire des analyses du produit pour découvrir la dangerosité des composants.

"Aujourd'hui, mon client n'a pas pu reprendre son travail à temps complet, il a dû engager un employé et est réveillé la nuit par des douleurs importantes", a dit François Lafforgue.

Pour la défense de Monsanto, Jean-Philippe Delsart avance "qu'il n'est pas possible scientifiquement de retrouver des traces du produit sept mois après l'inhalation".

Il reproche de plus à l'agriculteur, qui ne portait pas de masque, de ne pas s'être protégé suffisamment.

"Et le chlorobenzère a été identifié comme pouvant produire les cancers de la lymphe, et ce n'est pas ce dont se plaint monsieur François", souligne Jean-Philippe Delsart.

C'est la première fois qu'un particulier s'attaque au géant américain. Le céréalier espère que son action devant la justice encouragera ses collègues à dénoncer comme lui les maladies professionnelles liées à l'utilisation de produits chimiques.

"Il est très difficile pour nous de sortir du silence, car on nous culpabilise", estime Paul François. "Nombre d'agriculteurs sont malades mais n'osent pas en parler."

Il dit ne plus pratiquer d'agriculture intensive sur son exploitation. "Mais il est impossible d'acheter des semences en dehors de Monsanto", regrette-t-il.

La décision sera rendue le 13 février.

Edité par Yves Clarisse


Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.