Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Mobilisation "sans précédent" des professions libérales

Reuters30/09/2014 à 18:25

* 40% à 90% des cabinets fermés selon les métiers * Les pharmaciens en pointe de la contestation * Une décision sur la suite du mouvement le 9 octobre (Actualisé avec l'UNAPL, Macron) par Gregory Blachier PARIS, 30 septembre (Reuters) - La mobilisation des professions libérales contre le projet de réforme du gouvernement a été "sans précédent", s'est félicitée mardi l'organisation interprofessionnelle UNAPL, qui avait appelé à la fermeture des officines, bureaux ou cabinets. Des pharmaciens, les plus mobilisés avec les laboratoires d'analyses médicales (90% fermés), aux architectes (50%), en passant par les notaires (près de 100%) ou huissiers, 40% à 90% des cabinets et officines avaient fermé leurs portes mardi selon l'Union nationale des professions libérales. Trente-sept professions sont concernées par le projet de loi pour "la croissance et le pouvoir d'achat" qui avait déjà fait descendre dans la rue des milliers de notaires et les huissiers il y a deux semaines. "Le bilan que je peux en tirer aujourd'hui est que cette journée est totalement historique", a dit lors d'une conférence de presse le président de l'UNAPL, Michel Chassang. "C'est une mobilisation absolument sans précédent", a-t-il souligné, rappelant que l'UNAPL n'avait pas lancé d'appel à manifester mais que plusieurs métiers avaient manifesté, à l'image des pharmaciens, très nombreux à Paris. Le ministre de l'Economie Emmanuel Macron, qui a hérité de ce dossier ouvert par son prédécesseur Arnaud Montebourg, a tenté une nouvelle fois de rassurer les professionnels quant à la finalité de son projet. Les professions libérales accusent le gouvernement de vouloir les "priver de leur outil de travail", notamment en ouvrant le capital de leurs sociétés à des investisseurs non issus des mêmes professions, "une ligne rouge infranchissable" selon Michel Chassang. "Nous n'ouvrirons pas le capital des pharmacies, des notaires ou que sais-je à des partenaires financiers extérieurs. (...) Il ne faut pas agiter les peurs, il ne faut pas mentir aux gens. Je pense que beaucoup de gens aujourd'hui sont en grève parce qu'on ne leur a pas dit la vérité", a assuré Emmanuel Macron à des journalistes. Déjà dans le quotidien Paris-Normandie, le ministre défendait un texte ne revenant "en aucun cas sur quelque sécurité juridique que ce soit ou sur quelque sécurité sanitaire que ce soit. En aucun cas sur l'équilibre des territoires non plus". Michel Chassang a dit "prendre acte" de ces déclarations, ajoutant : "M. Macron semble avoir compris qu'il ne pourrait pas avancer contre les professionnels libéraux, contre l'UNAPL" qui propose, pour relancer l'investissement, de minorer la taxation des bénéfices réinvestis dans l'activité. L'organisation interprofessionnelle réunira le 9 octobre prochain ses 62 syndicats adhérents pour réfléchir à la suite de la mobilisation et n'exclut "aucune hypothèse d'action (...) parce que le dossier est loin d'être clos". Forte d'un mouvement très suivi, l'UNAPL pourrait organiser une manifestation nationale si le gouvernement ne se rapproche pas de ses positions. Mardi, la contestation a été la plus forte dans le domaine médical. Près de neuf pharmacies sur dix (87,2%) étaient fermées mardi entre 09h00 et 10h00, a dit à Reuters Isabelle Adenot, présidente de l'Ordre national des pharmaciens, et des centaines de professionnels ont manifesté à Paris. "Comme nous évaluons entre 10% et 15% les pharmacies qui étaient réquisitionnées, on est à une mobilisation de la totalité de la profession", a-t-elle dit. Les Agences régionales de santé avaient reçu pour consigne de garantir l'ouverture d'au moins une pharmacie par "territoire de santé" pour délivrer les médicaments en cas d'urgence, selon le ministère de la Santé. Ce dispositif a été rendu possible, précisait-on au ministère, grâce à la réquisition de pharmacies mais aussi parce que certaines n'étaient pas fermées et que des pharmacies ayant répondu à l'appel s'étaient organisées entre elles pour assurer la continuité des soins. (Edité par Sophie Louet)


Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.