Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Mobilisation en Ecosse avant le référendum sur l'indépendance

Reuters17/09/2014 à 18:01

* Les deux camps mobilisent au dernier jour de la campagne * Trois sondages donnent le "non" vainqueur avec 52% des voix * Le nombre d'indécis annonce toutefois un scrutin très ouvert par Angus MacSwan et Guy Faulconbridge EDIMBOURG, 17 septembre (Reuters) - A la veille d'un référendum historique sur l'indépendance de l'Ecosse, des dizaines de milliers d'électeurs n'avaient toujours pas choisi leur camp mercredi, une indécision qui annonce un scrutin très ouvert. Partisans et adversaires de l'indépendance sont restés mobilisés jusqu'aux dernières heures de la campagne. Trois sondages publiés mardi soir donnent la victoire, avec 52% des voix, aux unionistes partisans du maintien de l'Ecosse au sein du Royaume-Uni. Mais entre 8% et 14% des électeurs, selon ces enquêtes, n'ont toujours pas arrêté leur choix. Mardi, les trois grandes formations politiques britanniques - Parti conservateur, Parti travailliste et Parti libéral-démocrate - se sont engagées à garantir à l'Ecosse, si elle reste dans le Royaume-Uni, un niveau élevé de dépenses publiques et à accorder aux Écossais le contrôle de leurs dépenses de santé. ID:nL6N0RH37X Le Premier ministre écossais Alex Salmond, champion de la cause indépendantiste, a souhaité pour sa part que les Ecossais "se réveillent vendredi au premier jour d'un pays meilleur". Dans une lettre ouverte aux électeurs, il invoque le souvenir de l'économiste du XVIIIe siècle Adam Smith et du grand poète écossais Robert Burns. "Ne laissez-pas cette occasion glisser entre vos doigts. Ne les laissez pas dire qu'on n'y arrivera pas. Faisons-le !" Dans un entretien au Times, le Premier ministre britannique David Cameron, qui s'est rendu deux fois en Ecosse en une semaine, admet que le scrutin sera serré, comme il l'a toujours pensé. Il reconnaît même qu'il lui arrive de se réveiller en sueur la nuit, effrayé à l'idée d'une victoire des indépendantistes. "Quel que soit le résultat, nous sommes une démocratie et il faut respecter le verdict des urnes", dit-il. "NOUS LE FERONS" "Ce sera très serré", a déclaré au journal The Scotsman le politologue John Curtice, professeur à la Strathclyde University. "Pour le moment, il semblerait que le 'oui' doive échouer de très peu", a-t-il ajouté. Des centaines de partisans de l'indépendance se sont rassemblés mercredi à Glasgow, plus grande ville d'Ecosse avec ses 486.000 électeurs, en scandant devant le Royal Concert Hall: "Oui, nous le pouvons et nous le ferons !" "Nous sommes sur le point de gagner parce que nous avons réconcilié des tas de gens avec la politique. Mais quoi qu'il arrive, de toute façon, plus rien ne sera comme avant", a déclaré Patrick Harvie, le numéro un des Verts écossais. Toujours à Glasgow, l'ancien Premier ministre britannique Gordon Brown a pris la parole lors d'un rassemblement unioniste. "L'indépendance nous mène dans un piège", a-t-il lancé devant une foule qui brandissait des pancartes "Aimez l'Ecosse, votez non". Dans une lettre ouverte, 14 anciens chefs de l'armée de terre, de la marine et de l'armée de l'air britanniques défendent aussi le "non" car, selon eux, l'indépendance de l'Ecosse ne peut que saper les capacités de défense du Royaume-Uni. Pour voter jeudi, il faut résider en Ecosse, avoir au moins 16 ans, être ressortissant britannique, du Commonwealth ou de l'Union européenne. Près de 4,3 millions de personnes sont concernées. Ainsi, un Ecossais vivant en Angleterre ne peut participer au scrutin. Les électeurs devront répondre "oui" ou "non" à la question: "L'Ecosse doit-elle être un pays indépendant ?" Un "oui" mettrait fin à 307 années d'union avec l'Angleterre. Les bureaux de vote ouvriront à 07h00 (06h00 GMT) et fermeront à 22h00 (21h00 GMT). Les premiers résultats sont attendus vers 02h00 (01h00 GMT) vendredi mais ceux des grandes villes comme Glasgow, Edimbourg et Aberdeen pourraient ne pas être disponibles avant 05h00 (04h00 GMT). Le résultat définitif du référendum devait être connu vendredi en milieu de journée. (Avec Alistair Smout à Glasgow et Kylie MacLellan à Londres, Guy Kerivel pour le service français)

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.