Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Mobilisation contre l'austérité mercredi en France

Reuters28/02/2012 à 19:48

APPEL DES SYNDICATS À UNE JOURNÉE D'ACTIONS CONTRE LES MESURES D'AUSTÉRITÉ

PARIS (Reuters) - Cinq syndicats français appellent à une journée d'actions mercredi contre les "mesures d'austérité" dans le cadre d'une mobilisation européenne voulue par la Confédération syndicale européenne (CES), sur le thème "trop, c'est trop !".

Les salariés sont invités à se mobiliser dans les 27 pays de l'Union à la veille d'un sommet européen qui doit signer le traité visant à renforcer la discipline budgétaire au sein de l'UE.

En France, une intersyndicale (CGT, CFDT, FSU, Unsa, Solidaires) prévoit environ 160 rassemblements et manifestations interprofessionnelles à travers le pays.

La CGT assure que la mobilisation s'annonce importante et mise sur une centaine d'arrêts de travail dans les services publics, les transports, la construction ou l'énergie.

Dans les transports, la CGT cheminots a déposé un préavis de grève du mardi soir au jeudi matin à la SNCF.

Une sixième confédération, la CFTC, demande à ses adhérents de se mobiliser dans leurs entreprises pour réclamer la mise en place de plans de relance européens et nationaux.

Le secrétaire général de la CGT, Bernard Thibault, participera à la manifestation parisienne, de la place de Bastille à celle de la Nation.

Celui de la CFDT, François Chérèque, se rendra pour sa part au rassemblement devant le Conseil de l'Union européenne à Bruxelles.

Cette journée a été décidée sur fond de divergences entre la CGT, qui voulait s'opposer aux mesures annoncées par Nicolas Sarkozy, comme la "TVA sociale", et la CFDT, hostile à toute action "à caractère politique" en pleine campagne présidentielle.

THIBAULT EN POSTURE OFFENSIVE

Pour parvenir à un accord, les confédérations ont situé cette journée dans le cadre de la mobilisation européenne, sans référence directe aux annonces du chef de l'Etat le 29 janvier.

Le "patron" de la CGT, Bernard Thibault, défend néanmoins l'idée d'une intervention syndicale en période électorale.

"Considérer que, dans la période, les syndicats doivent se mettre en retrait, c'est ouvrir un boulevard aux organisations patronales", a-t-il déclaré dans L'Humanité, daté de lundi.

Le dirigeant syndical a pris pour exemple les accords compétitivité-emploi, qui font l'objet de négociations entre le syndicat et le patronat.

"Les syndicats doivent-ils rester l'arme au pied et ne pas dénoncer ce sabotage du droit social français au motif qu'il y a des élections ?", a-t-il demandé.

L'Unef, première organisation étudiante, appelle aussi à participer à la mobilisation syndicale du 29 février pour "faire barrage aux politiques d'austérité".

Tout en se refusant à politiser le débat, François Chérèque, le leader de la CFDT, s'est déclaré choqué il y a un peu plus d'une semaine par les propos de Nicolas Sarkozy affirmant que les corps intermédiaires, et notamment les syndicats, faisaient "écran entre le peuple et le gouvernement".

"Quand il dit que les corps intermédiaires se mettent entre lui et le peuple, et qu'il veut fonctionner sans avoir de débat avec la société civile (...) c'est une conception de la démocratie qui est autoritaire", a-t-il dit sur RTL.

Gérard Bon, édité par Patrick Vignal

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.