Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Mise en garde d'Ayrault sur le traité budgétaire européen

Reuters 23/09/2012 à 21:24

JEAN-MARC AYRAULT MET EN GARDE LES OPPOSANTS AU TRAITÉ BUDGÉTAIRE EUROPÉEN

PARIS (Reuters) - Jean-Marc Ayrault met en garde certains élus de sa majorité qui veulent s'opposer au traité budgétaire européen, estimant qu'un rejet du texte se traduirait par une crise politique en Europe.

Le risque évoqué par le Premier ministre français semble théorique car la plupart des députés socialistes ont promis de voter pour la ratification, tout comme l'opposition de droite.

Mais les dissensions au sein de la majorité fragilisent l'exécutif, qui voit sa popularité chuter dans les sondages.

Un vote contre de députés de la majorité serait "grave" car il fragiliserait la France et François Hollande, a ainsi estimé dimanche le président de l'Assemblée nationale, le socialiste Claude Bartolone.

Dans un entretien à Mediapart diffusé dimanche, le Premier ministre s'adresse "notamment à une partie de la gauche", opposée au traité.

"Qu'ils disent tout haut ce qu'ils pensent tout bas!", demande Jean-Marc Ayrault. "Pour l'instant, ils n'osent le dire car ils savent que l'opinion ne les suivrait pas. La conséquence logique de leur démarche c'est la sortie de l'euro!"

Des parlementaires socialistes, du Front de gauche et d'Europe Ecologie-Les Verts (EELV) ont dit qu'ils s'opposeraient au texte, qui sera présenté le 2 octobre à l'Assemblée nationale et le 9 octobre au Sénat.

"J'appelle à la responsabilité", ajoute Jean-Marc Ayrault.

"Je voudrais que tout le monde dise la vérité sur les conséquences d'un refus du TSCG (Traité sur la stabilité, la coordination et la gouvernance), c'est-à-dire une crise politique en Europe. Et je ne prendrai jamais la responsabilité devant le peuple français de jouer avec l'avenir de l'euro. Ce serait d'une gravité exceptionnelle."

"FÊLURE" DANS LA MAJORITÉ

Si des députés de la majorité votent non, "c'est grave", a dit Claude Bartolone dimanche sur Radio J, au lendemain de la décision du Conseil fédéral d'Europe Ecologie-Les Verts de se prononcer contre le traité.

"A partir du moment où il y a une fêlure dans la majorité, ce n'est jamais un moment anodin", a-t-il ajouté. "Le président de la République, notamment dans une période comme celle-là, le Premier ministre, notamment dans une situation aussi difficile, a besoin de la solidarité entière de sa majorité."

"Imaginez la prochaine rencontre Merkel-François Hollande si celui-ci devait arriver affaibli par un vote qui ne serait pas unanime des députés socialistes. Mme Merkel lui dirait 'vous venez me donner des leçons sur la relance européenne alors que même chez vous, les socialistes, une partie des écologistes et une partie de la gauche n'y croient pas'", a ajouté Claude Bartolone.

Le ministre des Finances, Pierre Moscovici, a quant à lui lancé "un appel à la raison", à toute la gauche et à ceux qui ont soutenu François Hollande pendant l'élection présidentielle.

La décision du Conseil fédéral d'EELV ne remet pas en cause la présence de ministres écologistes au gouvernement, a-t-il estimé sur France 3. Désormais, "c'est aux parlementaires écologistes de se déterminer."

Le député européen écologiste Daniel Cohn-Bendit a quant à lui annoncé qu'il suspendait sa participation à Europe Ecologie pour protester contre la décision du mouvement. "Le Conseil fédéral d'hier a été dramatique, dramatiquement nul", a-t-il dit sur i>TELE.

Le Front de gauche, composé notamment du Parti de gauche et du Parti communiste, dont le vote contre le texte ne fait aucun doute, a salué la motion adoptée par les écologistes.

Il invite EELV à se joindre à sa manifestation contre le traité, le 30 septembre à Paris, qui est soutenu par de nombreuses organisations politiques et syndicales.

Jean-Baptiste Vey

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.