1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Migrants en Méditerranée : les ONG «complices des passeurs », accuse Castaner
Le Parisien05/04/2019 à 17:00

Migrants en Méditerranée : les ONG «complices des passeurs », accuse Castaner

Le ministre français de l'Intérieur, Christophe Castaner, a estimé ce vendredi que les ONG chargées de secourir les migrants en Méditerranée « ont pu se faire complices » des passeurs, les appelant à « une attitude responsable ».Au lendemain du premier débat des Européennes, qui a été largement consacré à l'immigration, le ministre a dénoncé « une réelle collusion » ayant pu se produire avec les passeurs dans certains cas. Une déclaration faite lors de la conférence de presse finale des ministres de l'Intérieur du G7 à Paris.Tout en assurant que « les ONG jouent un rôle essentiel pour apporter de l'aide aux migrants », il a relevé qu'« on a observé que certaines ONG étaient en contact téléphonique avec des passeurs », jugeant que « les ONG dans ce cas-là ont pu se faire complices des passeurs ».Les ONG mises en cause par SalviniJeudi soir, le ministre italien de l'Intérieur, Matteo Salvini, avait dénoncé devant la presse le rôle des ONG en Méditerranée, affirmant avoir reçu le soutien de ses collègues français, allemand et britannique et de l'ensemble du G7 sur sa position. « À ma grande satisfaction, je ne suis pas le seul à avoir des doutes sur les ONG en Méditerranée », avait-il souligné, ajoutant qu'il ne s'agissait pas non plus d'une position partagée au sein de la Ligue, son parti d'extrême droite, ni « souverainiste ».Interrogé ce vendredi sur cette proximité d'arguments avec le controversé ministre de l'Intérieur italien, Christophe Castaner a défendu que c'est « la majorité précédente en Italie », en juillet 2017 a-t-il daté, « qui avait établi que dans certaines circonstances et dans certains cas, certains bateaux d'ONG avaient des liens particuliers avec des réseaux de passeurs ».France et Italie «obligées de travailler ensemble»Si Paris et Rome ont connu ces derniers mois des relations orageuses sur la question migratoire, les deux pays sont « ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

2 commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

  • gendrefr
    07 avril18:52

    même le gouvernement retourne sa veste sur ce sujet, il n'y a que les inquisiteurs de l'information pour maintenir ce cap

    Signaler un abus

Voir plus de commentaires

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer