Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Michelin prévoit de supprimer 730 postes à Joué-les-Tours

Reuters10/06/2013 à 22:55

MICHELIN VA ARRÊTER LES ACTIVITÉS POIDS LOURDS DE JOUE-LÈS-TOURS

PARIS (Reuters) - Michelin a annoncé lundi un projet de réorganisation de ses sites en France qui entraînera l'arrêt de l'activité poids lourds de l'usine de Joué-les-Tours (Indre-et-Loire) et la suppression de 730 postes sur place.

Sur les 930 salariés du site, environ 200 continueront à travailler sur place dans un nouvel atelier spécialisé dans les activités de "semi-finis" (fabrication de tissus métalliques et de membranes en caoutchouc), tandis que 250 feront l'objet d'un "aménagement de fin de carrières", a précisé le géant des pneumatiques dans un communiqué.

Chacun des 480 salariés restants se verra proposé deux postes correspondants à ses compétences sur un autre site de Michelin en France.

Le groupe prévoit dans le même temps de transformer son site de La Roche-sur-Yon (Vendée) en un pôle industriel qui accueillera une partie des activités de Joué-les-Tours et pourrait produire d'ici à 2019 1,6 million de pneus par an, soit le double du niveau actuel.

Il s'est également engagé à contribuer, via sa filiale Michelin Développement, à la création de 730 nouveaux emplois dans le bassin de Tours, préfecture d'Indre-et-Loire, et entend recruter en France environ 1.700 personnes dans l'industrie au cours des six prochaines années.

"Si nous avons été obligés de prendre cette décision difficile, c'est parce qu'aujourd'hui il faut comprendre que seules les usines de taille importante peuvent être compétitives dans l'avenir", a déclaré le président de Michelin, Jean-Dominique Senard.

"Il se créé dans une compétition extrêmement forte aujourd'hui dans le monde des sites très importants qui mettent en péril la compétitivité de nos sites en France et ce n'est plus acceptable, d'autant moins que le marché du poids lourd, pour les pneus en tous les cas, a baissé significativement, moins 30% par rapport à 2007, et qu'il est structurellement négatif", a-t-il ajouté sur LCI.

PROJETS DE MODERNISATION

Michelin compte investir au total 800 millions d'euros de 2013 à 2019 pour permettre à ses usines françaises "d'atteindre les meilleurs standards de compétitivité en Europe" et développer son centre de recherche mondial à Clermont-Ferrand (Puy-de-Dôme).

Il prévoit notamment de consacrer 145 millions d'euros, de 2013 à 2019, dans des projets de modernisation et d'augmentation de capacités de pneus de génie civil à Montceau-les-Mines (Saône-et-Loire) et au Puy-en-Velay (Haute-Loire).

Michelin a en outre annoncé l'arrêt fin 2013 de ses activités de fabrication de pneus poids lourd en Algérie, qui seront auparavant cédées au groupe industriel Cevital, celui-ci s'étant engagé "à proposer à chacun des 600 salariés de l'usine un emploi dans l'une de ses activités dans le pays".

Le groupe français provisionnera 135 millions d'euros de charges non récurrentes dans ses comptes à fin juin 2013 pour financer l'ensemble de ces projets.

Lors d'un déplacement en Gironde, Arnaud Montebourg a déclaré qu'il demanderait à Michelin des précisions sur ce plan et qu'il consulterait les syndicats du groupe à ce sujet.

"Nous sommes en train d'observer et de mesurer l'ensemble du plan industriel qui comprend de bonnes et de mauvaises nouvelles. Il y a un investissement de 800 millions, presqu'un milliard, sur la France, donc nous demandons des précisions à Michelin et nous souhaitons connaître l'opinion des partenaires sociaux de l'ensemble du groupe", a indique le ministre du Redressement productif.

Engagé depuis dix ans dans une politique consistant à regrouper ses activités industrielles de même nature pour développer des pôles de référence, Michelin souligne pour sa part que "le marché européen est devenu extrêmement concurrentiel" et que la demande de pneus poids lourd y est inférieure de 25% à celle de 2007.

Michelin avait déjà prévenu le 22 avril qu'il devrait restructurer ses activités en Europe si le marché du pneumatique, en baisse d'environ 10% pour les voitures au premier trimestre, ne montrait pas de signes d'amélioration.

Vers 16h10, l'action Michelin reculait de 0,18% à 68,28 euros.

Benjamin Mallet, avec Claude Canellas à Cestas, Gironde, et Patrick Vignal, édité par Jean-Michel Bélot

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.