1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Michel-Edouard Leclerc : «Il faut supprimer la TVA sur les produits bio»
Le Parisien14/03/2019 à 20:28

Michel-Edouard Leclerc : «Il faut supprimer la TVA sur les produits bio»

Il est arrivé au journal pile à l'heure. Souriant et détendu, en tenue décontractée - chemise bleu ciel sur costume bleu foncé, sans cravate, Michel-Edouard Leclerc, le porte-parole des centres Leclerc parle avec conviction, les yeux rivés sur son interlocuteur, et ponctue ses phrases de « tu vois ».Quand on lui demande de se présenter, l'homme, qui incarne dans les médias l'enseigne fondée par son père, raconte pendant de longues minutes son parcours, ses combats, ses enthousiasmes. « Je suis un bon client », sourit celui qui commença dans le journalisme.Le plus célèbre distributeur de France est chaleureux et se prêtera sans rechigner, après l'entretien, à une série de selfies avec des lecteurs conquis. A bientôt 67 ans, cet entrepreneur, engagé dans l'humanitaire, est intarissable sur les projets qu'il a lancé ou ambitionne de lancer. Il porte un regard sévère sur les lobbies à la manœuvre dans la loi Alimentation et sur les politiques, qui n'ont pas vu venir la crise des Gilets jaunes.Et après lui ? « Nous ne sommes pas une famille dynastique », rétorque ce Breton qui, visiblement, n'est pas prêt à lâcher la barre.LOI ALIMENTATION LP/Jean-Baptiste Quentin Tiphaine Piriou. Comment la loi Egalim, qui relève les prix afin de mieux rémunérer les agriculteurs, s'applique-t-elle dans votre enseigne ?MICHEL-EDOUARD LECLERC. Pour les relations avec les agriculteurs ou l'élévation de la qualité du modèle alimentaire, ça se passe bien. Sur la rémunération des agriculteurs, on a été les premiers à finir nos négociations commerciales. Les producteurs bretons, qui prennent leur téléphone dès qu'ils sont fâchés, ne m'ont pas engueulé. Et même Christiane Lambert, la présidente de la FNSEA, a reconnu que l'accord passé avec Danone et Lactalis pour la rémunération des producteurs laitiers était assez exemplaire. Par contre, un volet de cette loi est de l'enfumage total : elle nous a ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

7 commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

  • apvogel
    15 mars18:45

    c'est vos marges indécentes sur le bio qu'il faut réduire M. Leclerc !

    Signaler un abus

Voir plus de commentaires

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer