Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Votre compte a été clôturé.

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Pour des raisons de sécurité et pour continuer à accéder à votre espace membre, nous vous remercions de bien vouloir valider votre compte membre en cliquant sur le lien suivant : Je valide mon compte membre
Vous allez recevoir un email à l'adresse indiquée lorsque vous aviez créé votre compte.
Cliquez ensuite sur le lien présent dans le mail. Vous pourrez alors de nouveau accéder à votre compte membre.
Si vous n'avez pas reçu cet email, contactez-nous

Un email de confirmation vient de vous être adressé.

  • 8 caractères minimum

  • 1 majuscule

  • 1 minuscule

  • 1 chiffre

  • 1 caractère spécial

  • Différent de votre pseudo

  • Les deux mots de passe sont identiques

Mot de passe oublié ?

Bénéficiez gratuitement de fonctionnalités et de services additionnels. Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Meurtre d'Alexia: la réclusion criminelle à perpétuité requise contre Jonathann Daval
AFP21/11/2020 à 14:24

L'avocat général Emmanuel Dupic quitte le tribunal de Vesoul après son réquisitoire, le 21 novembre 2020 ( AFP / PATRICK HERTZOG )

L'avocat général Emmanuel Dupic quitte le tribunal de Vesoul après son réquisitoire, le 21 novembre 2020 ( AFP / PATRICK HERTZOG )

L'avocat général a requis samedi la réclusion criminelle à perpétuité à l'encontre de Jonathann Daval, auteur d'un "crime conjugal (...) presque parfait" contre sa femme Alexia au motif qu'elle voulait le quitter, les défenseurs de l'accusé mettant en garde contre une "boucherie judiciaire".

"J'en appelle à votre courage", a lancé Emmanuel Dupic aux jurés. "Du fait de la médiatisation de cette affaire, cette décision sera regardée", a-t-il relevé, avant de requérir "la réclusion criminelle à perpétuité", sans peine de sûreté, à l'encontre de Jonathann Daval, resté impassible à l'énoncé des réquisitions.

"Je crois (...) qu'il l'a tuée parce qu'Alexia voulait le quitter, tout simplement", a soutenu M. Dupic, une thèse que l'accusé récuse. Le soir du drame, "elle lui a signifié (...) qu'elle allait partir et ça, ça n'est pas possible dans la construction de Jonathann Daval".

- "Épouvantable" -

Isabelle Fouillot (g), la mère d'Alexia Daval et son avocat Gilles-Jean Portejoie, arrivent au tribunal à Vésoul, le 21 novembre 2020 ( AFP / PATRICK HERTZOG )

Isabelle Fouillot (g), la mère d'Alexia Daval et son avocat Gilles-Jean Portejoie, arrivent au tribunal à Vésoul, le 21 novembre 2020 ( AFP / PATRICK HERTZOG )

Ce crime "particulièrement épouvantable", c'est "une affaire de crime conjugal qui est devenue en raison de la médiatisation extrêmement emblématique", a pointé le magistrat, rejetant aussi la thèse d'une simple dispute conjugale.

"La séparation, le départ intolérable, apparaît plausible". "La place prise par Jonathann dans la famille d'Alexia fait qu'il ne peut pas accepter la séparation, c'est +leur gamin+", a poursuivi M. Dupic, qui a dépeint l'accusé en "manipulateur" et en "menteur".

"Un monde s'écroule pour Jonathann Daval. Alexia met fin à la relation" et "le scénario c'était ça, on ne devait pas retrouver le cadavre, Jonathann restait dans cette famille", selon M. Dupic, d'où la dissimulation du corps dans un bois et, surtout, la tentative d'incinération.

Croquis de l'audience du 18 novembre 2020 où Isabelle Fouillot avait déjà témoigné au procès de son ancien gendre Jonathann Daval  ( AFPAFP / Zziigg )

Croquis de l'audience du 18 novembre 2020 où Isabelle Fouillot avait déjà témoigné au procès de son ancien gendre Jonathann Daval ( AFPAFP / Zziigg )

"La vérité n'est pas entendable: c'est épouvantable de tuer une femme parce que vous ne voulez pas qu'elle vous quitte", a encore fustigé l'avocat général, selon lequel M. Daval a réalisé un "crime presque parfait". 

Prenant le contre-pied du ministère public, Me Randall Schwerdorffer, l'un des avocats de l'accusé, a plaidé un meurtre "pas prémédité, pas réfléchi". "C'est ce qu'on appelle +un coup de sang+", a-t-il lancé d'une voix de stentor.

"La perpétuité c'est une peine qu'on prononce pour les criminels les plus dangereux de la société: Francis Heaulmes, tueur d'enfants, Michel Fourniret, Marc Dutroux, Guy Georges... Quel est le point commun avec Jonathann Daval ? Aucun. Si, la médiatisation", a poursuivi Me Schwerdorffer, arpentant le prétoire face aux jurés.

"Jonathann est effectivement un criminel. Il ne le conteste pas, vous allez le juger. Mais un jugement ce n'est pas une vengeance. Ce qu'on vous réclame, sur les bancs des parties civiles, c'est une vengeance, à cause des médias, des mensonges, parce qu'il a trahi ses beaux-parents (...) Tout ce qui fait l'affaire Daval, c'est la médiatisation", a-t-il insisté.

Sa consoeur Me Ornella Spatafora, avait quant à elle  rejeté toute "dangerosité criminologique" de son client. Elle aussi avait exhorté les jurés à prononcer "une peine juste" qui "sanctionnera Jonathann pour ce qu'il a fait et l'homme qu'il est".

Me Randall Schwerdorffer, l'un des avocats de Jonathann Daval, s'adresse à des jounalistes à Vesoul, le 21 novembre 2020 ( AFP / PATRICK HERTZOG )

Me Randall Schwerdorffer, l'un des avocats de Jonathann Daval, s'adresse à des jounalistes à Vesoul, le 21 novembre 2020 ( AFP / PATRICK HERTZOG )

A la reprise de l'audience, prévue en début d'après-midi, l'accusé pourra s'exprimer une dernière fois avant que la cour ne se retire pour délibérer. 

Le verdict des trois magistrats professionnels et des six jurés, cinq femmes et un homme, est attendu d'ici au début de soirée.

Au cours des débats, Jonathann Daval, un informaticien de 36 ans, avait reconnu avoir tué intentionnellement son épouse.

"J'ai plus d'avenir (...) Je dois payer pour les actes que j'ai commis", a admis vendredi ce trentenaire émacié aux allures de frêle adolescent, victime mercredi soir d'un malaise vagal en plein interrogatoire.

- "Morsure" -

Jeudi, il était longuement revenu sur le soir du crime, commis à leur domicile dans la nuit du 27 au 28 octobre 2017, sur fond de crise conjugale aiguë : Alexia souhaitait ardemment un enfant mais son mari, qui souffrait de troubles de l'érection, la fuyait de plus en plus.

Le jour du drame, il dit avoir refusé une relation sexuelle à son épouse. Une violente dispute éclate. Le facteur déclenchant ? Alexia l'aurait mordu, provoquant sa rage : "La morsure, ça m'a mis hors de moi".

Il la frappe et l'étrangle: c'est "la colère de toutes ces années qui est ressortie (...) D'où l'étranglement pour qu'elle se taise", a-t-il dit, arguant qu'Alexia "l'humiliait".

Le lendemain il emporte le corps dans un bois et l'incendie avant de donner l'alerte, soutenant que sa femme n'est pas revenue d'un jogging. Le corps d'Alexia sera retrouvé deux jours plus tard, le 30 octobre 2017.

Pendant trois mois, son visage de veuf éploré apparaîtra dans tous les médias, contribuant à alimenter la médiatisation intense de cette affaire en pleine vague #MeeToo.

dsa-as/bdx/ha/swi

2 commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

  • M4547392
    21 novembre15:07

    Ca y est, il en fallait bien une pour venir nous rabacher son histoire de féminicide !Ce réquiitoire est complètement ridicule et ne sert qu'une cause celle de faire appel du verdict de toute façon ! Si elle voulait le quitter, elle l'aurait fait au lieu de lui adresser des textos injurieux ! Mais visiblement, il était son petit jouet favori !

    Signaler un abus

Voir plus de commentaires

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer