Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Votre compte a été clôturé.

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Pour des raisons de sécurité et pour continuer à accéder à votre espace membre, nous vous remercions de bien vouloir valider votre compte membre en cliquant sur le lien suivant : Je valide mon compte membre
Vous allez recevoir un email à l'adresse indiquée lorsque vous aviez créé votre compte.
Cliquez ensuite sur le lien présent dans le mail. Vous pourrez alors de nouveau accéder à votre compte membre.
Si vous n'avez pas reçu cet email, contactez-nous

Un email de confirmation vient de vous être adressé.

  • 8 caractères minimum

  • 1 majuscule

  • 1 minuscule

  • 1 chiffre

  • 1 caractère spécial

  • Différent de votre pseudo

  • Les deux mots de passe sont identiques

Mot de passe oublié ?

Bénéficiez gratuitement de fonctionnalités et de services additionnels. Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

"Métiers de l'ombre", les fournisseurs des hôtels et restaurants crient à l'aide
AFP13/01/2021 à 09:35

Livraison de bouteilles lors du premier confinement à Paris, en avril 2020 ( AFP / JOEL SAGET )

Livraison de bouteilles lors du premier confinement à Paris, en avril 2020 ( AFP / JOEL SAGET )

Grossistes en boissons et autres fournisseurs de l'hôtellerie restauration, des "métiers de l'ombre" ravagés eux aussi par la pandémie de Covid-19, veulent bénéficier des mêmes aides que les cafés, restaurants et hôtels, car leurs pertes sont de même ampleur et l'horizon reste sombre.

Anne St Léger a repris en 2017 Serfi, une PME basée à Nice qui depuis 30 ans, fournit aux hôtels l'équipement (mobilier, literie, salles de bain...) et l'ingénierie technique pour les rénovations. L'entreprise familiale emploie 50 salariés, compte 3.500 clients et réalise 10 millions d'euros de chiffre d'affaires annuel.

"Nous étions en très forte croissance: nous allions faire 13 millions d'euros en 2020, mais nous n'avons travaillé que deux mois et demi. Ça me désole: on est cassés dans notre développement", explique-t-elle à l'AFP. "Nous sommes les entreprises de l'ombre: nos clients sont fermés, ont zéro visibilité, n'investissent pas dans des équipements, cela nous met complètement à l'arrêt".

Les fournisseurs, très fortement dépendants des hôtels, cafés, restaurants, ne bénéficient pas du même soutien de l'État ( AFP / BAY ISMOYO )

Les fournisseurs, très fortement dépendants des hôtels, cafés, restaurants, ne bénéficient pas du même soutien de l'État ( AFP / BAY ISMOYO )

Or ces fournisseurs, "très fortement dépendants des hôtels, cafés, restaurants" et tout aussi pénalisés par les périodes de confinement et de couvre-feu, ne bénéficient pas du même soutien de l'État et sont aujourd'hui "en danger" avec un premier semestre 2021 qui s'annonce sombre. 

Si un hôtel qui perd 70% de son chiffre d'affaires peut toucher du fonds de solidarité 20% de son chiffre d'affaires mensuel jusqu'à 200.000 euros, son fournisseur n'aura droit qu'à "10.000 euros au maximum, alors qu'il peut dépendre à 98% de l'hôtellerie et réaliser plusieurs millions ou dizaines de millions de chiffre d'affaires. C'est un non-sens", estime-t-elle.

Le fonds de solidarité va être élargi pour bénéficier notamment aux commerces de gros de boissons ou alimentaires, aux viticulteurs ou encore aux résidences de tourisme, a indiqué mardi le ministre de l'Economie Bruno Le Maire, promettant une annonce imminente. 

Et il devrait être renforcé pour compenser les charges fixes des plus grandes structures, comme les holdings, les groupes familiaux de restaurants, jusqu'à 3 millions d'euros sur un an - contre 800.000 euros maximum par versements mensuels de 200.000 euros aujourd'hui.

- 4e ou 5e génération -

Après ces signaux positifs, les grossistes en boissons ont renoncé à manifester partout en France le 19 janvier, comme ils le prévoyaient au terme d'une opération escargot autour de Lille jeudi dernier, a annoncé à l'AFP Laurent Pecqueur, gérant de la société Sodiboissons, devenu l'un des porte-parole de la filière dans les Hauts-de-France.

Face aux stocks accumulés pendant la fermeture de leurs clients, les fournisseurs souhaitent voir prolongée de quelques mois la date de durabilité de leurs produits ( AFP / PATRICK HERTZOG )

Face aux stocks accumulés pendant la fermeture de leurs clients, les fournisseurs souhaitent voir prolongée de quelques mois la date de durabilité de leurs produits ( AFP / PATRICK HERTZOG )

Face aux stocks accumulés pendant la fermeture de leurs clients, ils souhaitent aussi voir prolongée de quelques mois la date de durabilité de leurs produits - déjà dépassée, ou qui le sera d'ici fin février pour "30 à 40%" des stocks -, comme lors du premier confinement.

"L'industriel ou le brasseur garantit jusqu'à cette date-là 100% de la saveur de son produit: mais vous pouvez le boire 3 mois après sans aucun souci sanitaire", affirme M. Pecqueur. "Il faudrait aussi que les Douanes nous remboursent les taxes sur les produits invendus, et qu'on ait une enveloppe pour financer leur destruction".

Selon Laure Bomy, directrice générale de la Fédération nationale des boissons, un millier de grossistes réalisent plus de 80% de leur activité auprès de cafés, hôtels, restaurants -soit 15.000 emplois directs-, des "entreprises familiales chargées d'histoire, parfois dirigées par la 4e ou la 5e génération, dynamiques, porteuses d'emploi, dont certaines sont aujourd'hui proches du dépôt de bilan".

D'autres métiers méconnus souffrent particulièrement, comme les techniciens qui entretiennent machines à café et appareils de "tirage pression" des bars: "sans nettoyage toutes les 6 à 12 semaines, impossible de boire une bière pression!" explique Dominique Turpin, président de Hopteam.

Employant 140 salariés dont une centaine de techniciens au chômage partiel dans 13 entreprises, il a vu son chiffre d'affaires chuter de 40% en 2020 et n'a pas touché d'aides. 

"Malheureusement, avec plus de 50 salariés nous n'avons droit à rien alors que tous nos clients ont été fermés, donc nous aussi". Retraités ou artisans, les bailleurs de ses entrepôts n'ont accepté que de "reporter un ou deux loyers". 

"Nous sommes un métier indispensable", se rassure M. Turpin. "Si nous étions mortellement blessés, comment les bars et restaurants redémarreront-ils?".

ref/mhc/tq/LyS

4 commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

  • M7163258
    13 janvier11:15

    pleistoa bla bla bla d'un faiseur d'histoire après coup ! Comme si une majorité des pays ne souffraient pas de l'épidémie et n'en étaient pas au même stade que nous, voir bien pire comme le Royaume Unis mais pas que ...

    Signaler un abus

Voir plus de commentaires

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer