1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Mersch (BCE) - La BCE doit adapter sa communication

Reuters10/02/2017 à 12:15
    FRANCFORT, 10 février (Reuters) - La Banque centrale 
européenne (BCE) devrait abandonner toute référence à 
d'éventuelles baisses dse taux dans sa communication pour 
préserver sa crédibilité, estime vendredi Yves Mersch, membre du 
directoire de l'institut d'émission. 
    De nouvelles baisses des taux auraient des conséquences 
inattendues et, en tout état de cause, l'économie réelle est 
étonnamment solide avec une inflation qui se rapproche de la 
"zone de confort" de la BCE, c'est pourquoi la BCE doit adapter 
sa communication sans tarder, a-t-il expliqué. 
    "Pendant encore combien de temps pourrons-nous continuer à 
parler de 'taux encore plus bas' comme option de politique 
monétaire?", s'est-il interrogé lors d'une manifestation près de 
Hambourg, en Allemagne. 
    "Si l'on considère l'importance d'être crédible pour une 
banque centrale (...) il faut sans tarder procéder peu à peu aux 
modifications qui s'imposent dans notre communication". 
    Mersch s'est abstenu de prôner la cessation du programme 
d'achats d'actifs de la BCE (dit d'assouplissement quantitatif, 
QE), comme le réclame l'Allemagne, affirmant que, dans une 
situation où l'inflation risque de rester discrète, la banque 
centrale, qui dit que les taux resteront au niveau actuel ou 
plus bas pour une période prolongée, doit tenir ses engagements 
envers les marchés. 
    L'inflation de la zone euro a été de 1,8% en janvier, très 
près de l'objectif de la BCE qui est d'un peu moins de 2%. Mais 
cette poussée s'explique par les tensions sur les prix de 
l'énergie et celles-ci devraient refluer, et l'inflation en 
général avec.       
 
 (Balazs Koranyi, Francesco Canepa, Andreas Framke,; Claude 
Chendjou pour le service français, édité par Wilfrid Exbrayat) 
 

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer