1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Merkel fustige la peine de mort en Egypte, promeut les échanges
Reuters03/06/2015 à 18:25

BERLIN, 3 juin (Reuters) - La chancelière allemande Angela Merkel a déclaré mercredi que son pays était prêt à intensifier ses relations commerciales avec l'Egypte mais a redit son opposition à la peine de mort, quelque jours après la condamnation de l'ancien président islamiste Mohamed Morsi à la peine capitale au Caire. La chancelière allemande s'exprimait à Berlin lors d'une conférence de presse avec Abdel Fattah al Sissi, qui s'est achevée lorsqu'un protestataire a crié "c'est un meurtrier!", en désignant le président égyptien. Cette première visite de Sissi en Allemagne a suscité de vives controverses. Le président du Bundestag, Norbert Lammert, a prévenu le mois dernier qu'il ne rencontrerait pas le président égyptien, lui reprochant un "nombre invraisemblable de condamnations à mort." La violence et la répression se sont intensifiées en Egypte depuis le renversement en juillet 2013 de Mohamed Morsi par le chef d'état-major de l'armée, Abdel Fattah al Sissi, qui a depuis été élu à la présidence et qui mène une lutte implacable contre les Frères musulmans. La police allemande est intervenue mercredi pour s'interposer entre une centaine de manifestants pro-Sissi et une cinquantaine d'adversaires du président rassemblés devant la chancellerie à Berlin. Angela Merkel a dit lors de la conférence de presse que beaucoup de raisons justifiaient un rapprochement entre les deux pays, évoquant notamment les questions sécuritaires. "(Mais) il y a des sujets sur lesquels nous n'avons pas la même opinion", a-t-elle dit, "notamment sur le fait que rien ne justifie que l'on puisse être condamné à mort, même dans les cas de terrorisme." "Je pense que si l'on veut être partenaires et régler des dossiers complexes, il faut que nous puissions dire ces choses, mais cela ne veut pas dire que nous ne puissions travailler très, très étroitement sur d'autres sujets." (Nicolas Delame pour le service français, édité par Guy Kerivel)

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer