1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Votre compte a été clôturé.

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Menace de grève cet été chez les pompiers professionnels
Le Parisien22/06/2019 à 21:17

Menace de grève cet été chez les pompiers professionnels

Après les personnels des urgences des hôpitaux, les 40 000 sapeurs-pompiers professionnels sont au bord de la rupture. Alors qu'un nouvel incendie meurtrier a mobilisé les soldats du feu à Paris dans la nuit de vendredi à samedi, les pompiers font connaître leur ras-le-bol.Depuis des mois, en effet, la grogne enfle d'une caserne à l'autre avec des grèves de-ci de-là. Cette fois, c'est un mouvement à l'échelle nationale qui s'annonce. Dans une lettre envoyée le 19 juin au ministre de l'Intérieur Christophe Castaner, que nous nous sommes procurée, l'ensemble de sept syndicats de la profession informe le ministre du dépôt d'une série de préavis de grève de 24 heures à partir du 26 juin et jusqu'au 31 août compris.Les mots sont cinglants pour dénoncer le « déni de dialogue social » et « l'absence de réponse » après des rencontres « stériles » menées depuis le 14 mars avec le ministre ainsi que les associations des départements de France (ADF) et celles des maires de France (AMF) dont dépendent aussi localement les sapeurs-pompiers en tant qu'agents des services départementaux d'incendie et de secours.« Le malaise est profond. Il y a urgence. Depuis trop longtemps, les pompiers jouent les pompiers des autres services publics. Ça craque de partout », prévient Frédéric Perrin, en poste dans une caserne en Haute-Marne et responsable du syndicat Spadis CFTC, signataire de ce texte de deux pages.« La seule profession à n'avoir pas eu de prime ! »Le carnet de doléances est épais et ressemble d'assez près à celui des personnels des urgences des hôpitaux. L'une des principales demandes porte sur des effectifs supplémentaires. « On a de moins en moins de moyens et de plus en plus d'interventions. On ne s'en sort plus, on explose nos heures de travail. Le système est à bout » martèle André Goretti, président du syndicat numéro 1, le FA/SPP-PATS. Et d'ajouter : « peut-être qu'un ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

1 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

  • bpasseri
    23 juin07:27

    les pompiers jouent le rôle de pompier et c'est tout... jamais d'intervention médicale, ni de plombier, ni de charpentier, ni d'aide sociale, ni.... donc c'est juste une question de fric et d'heures sup non payées et basta....

    Signaler un abus

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer