1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Mauritanie-Deux ans de prison pour un militant anti-esclavage
Reuters15/01/2015 à 20:02

NOUAKCHOTT, 15 janvier (Reuters) - Biram Ould Abeid, militant anti-esclavage qui a été battu à l'élection présidentielle mauritanienne de l'an dernier, a été condamné jeudi à une peine de deux ans de prison, tout comme deux autres personnes qui avaient organisé en novembre une marche contre l'esclavage, a déclaré leur avocat de la défense. Biram Ould Abeid avait été arrêté lors de cette marche, et son incarcération avait été dénoncée par des organisations de défense des droits de l'homme ainsi que par le Parlement européen. Les trois hommes ont été condamnés pour atteinte à l'ordre public et appartenance à une organisation non autorisée, a déclaré leur avocat, Brahim Ould Ebety. Il s'agit, selon lui, d'un "retour aux années 1980, quand des personnes étaient arrêtées et jugées sur la base de fausses accusations". La police a eu recours aux gaz lacrymogènes pour disperser des centaines de personnes qui s'étaient rassemblées devant le tribunal de Rosso, dans le sud du pays, ont déclaré des témoins qui ont requis l'anonymat. La Mauritanie a été le dernier pays au monde à abolir officiellement l'esclavage, en 1981. Elle conserve la prévalence la plus élevée d'esclavage par tête d'habitant, selon l'index "Global Slavery Index". Le chef de l'Etat, Ould Abdelaziz, dément qu'il y ait encore des esclaves en Mauritanie, estimant que seules les conséquences de cette ancienne pratique demeurent. (Kissima Diagana; Eric Faye pour le service français)

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer