1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Mattis en Corée du Sud pour évaluer la menace posée par Pyongyang
Reuters02/02/2017 à 17:25

 (Actualisé avec nouvelles déclarations) 
    par Phil Stewart 
    SEOUL, 2 février (Reuters) - Les Etats-Unis resteront aux 
côtés de la Corée du Sud pour l'aider à faire face à la menace 
de sa voisine du nord, a promis jeudi le secrétaire américain à 
la Défense, James Mattis, en visite à Séoul dans le cadre de son 
premier déplacement à l'étranger. 
    Pyongyang semble se préparer à un nouveau tir de missile 
balistique qui constituerait un défi pour l'administration 
Trump. 
    "Nous devons dès maintenant évaluer la réalité de la menace 
qui pèse sur votre pays et sur le mien et nous allons rester 
côte à côte pour y faire face", a déclaré le numéro un du 
Pentagone, s'adressant au Premier ministre sud-coréen et 
président par intérim Hwang Kyo-ahn.  
    Ce dernier, qui a pris la tête de l'exécutif après la 
suspension de Park Geun-hye pour une affaire de trafic 
d'influence, a quant à lui plaidé pour un alourdissement des 
sanctions et le renforcement de la coopération militaire.  
    "La Corée du Sud et les Etats-Unis doivent s'efforcer 
d'obtenir une inflexion de la stratégie nord-coréenne en la 
dissuadant de toute agression", dit-il dans un communiqué.  
    A son arrivée, Mattis avait annoncé son intention d'évoquer 
le déploiement prévu cette année en Corée du Sud du système de 
défense antiaérienne Thaad (Terminal High Altitude Area 
Defense).   
     
    RÉSERVES CHINOISES 
    Outre la vingtaine d'essais de missiles auxquels la Corée du 
Nord a procédé au cours de l'année écoulée, il semble qu'elle 
ait relancé son réacteur nucléaire de Yongbyon qui produit du 
plutonium utilisable à des fins militaires, estime le centre de 
recherches 38 North. 
    La Chine s'oppose au déploiement du système Thaad, qui, 
selon elle, menace l'équilibre des forces dans la péninsule 
coréenne. 
    Sans citer la Chine, Mattis a déclaré qu'"aucun autre pays" 
ne devait s'inquiéter de l'installation de ce bouclier. "Sans le 
comportement provocateur de la Corée du Nord, nous n'aurions pas 
besoin de Thaad là-bas", a-t-il affirmé. 
    Dans son discours du Nouvel An, le leader nord-coréen Kim 
Jong-un avait indiqué que son pays était près de procéder à un 
essai de missile intercontinental. Donald Trump avait 
immédiatement réagi sur Twitter. "Cela n'arrivera pas", avait-il 
écrit le 2 janvier sans préciser comment il envisageait 
l'empêcher. 
    La visite de Mattis en Asie, avec une étape prévue au Japon, 
est le premier déplacement à l'étranger d'un membre de la 
nouvelle administration Trump. A Washington, on précise qu'elle 
a pour but de resserrer les liens avec la Corée du Sud et le 
Japon, où sont stationnés près de 80.000 soldats américains. 
    Donald Trump avait émis des doutes sur la pertinence de 
telles alliances lors de sa campagne électorale et l'une des 
premières mesures prises à son arrivée à la Maison blanche a été 
de sortir du Traité transpacifique (TPP) ardemment défendu par 
le Japon. 
 
 (Pierre Sérisier et Jean-Philippe Lefief pour le service 
français) 
 

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer