1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Maroc-Les islamistes remportent la plupart des grandes villes
Reuters05/09/2015 à 19:35


(Précisions) RABAT, 5 septembre (Reuters) - Le Parti islamiste de la justice et du développement (PJD) du Premier ministre Abdelilah Benkirane l'a emporté dans la plupart des grandes villes lors des élections municipales de vendredi au Maroc, selon les résultats diffusés samedi. Le PJD a remporté le scrutin à Rabat, la capitale, ainsi qu'à Casablanca, Tanger, Fès, Marrakech et Agadir, renforçant sa position dans le royaume quatre ans après son arrivée au pouvoir à la tête d'un gouvernement de coalition qui a entrepris de profondes réformes budgétaires. Au total, le parti islamiste obtient 5.021 sièges aux élections communales et 174 dans les conseils régionaux. Le Parti authenticité et modernité (PAM), créé en 2008 par Fouad Ali El Himma, un proche du roi Mohamed VI, obtient quant à lui 6.655 élus dans les communes et 132 dans les conseils régionaux, tandis que le Parti de l'Istiqlal (Indépendance), conservateur, s'adjuge 5.106 sièges communaux et 119 sièges régionaux. La ville de Fès, où les islamistes se sont imposés, était un bastion traditionnel du Parti de l'Istiqlal et de son dirigeant Hamid Chabat, qui a quitté la coalition gouvernementale en 2013 et s'est opposé à la politique économique du PJD. La participation a été de 53,67%, comparable à celle de 2009. Les élections municipales étaient les premières organisées depuis les réformes constitutionnelles mises en oeuvre en 2011 par le roi Mohamed VI pour répondre à un mouvement de contestation en plein "printemps arabe". Elles étaient considérées comme un test pour la formation islamiste. Les électeurs étaient invités à renouveler 30.000 sièges de conseillers communaux et près de 700 membres des assemblées régionales. (Aziz El Yaakoubi; Henri-Pierre André et Guy Kerivel pour le service français)

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer