Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Marisol Touraine réservée sur "l'amendement Nutella"

Reuters08/11/2012 à 14:20

MARISOL TOURAINE RÉSERVÉE SUR L'AUGMENTATION DE LA TAXE SUR L'HUILE DE PALME

PARIS (Reuters) - La ministre des Affaires sociales Marisol Touraine a exprimé jeudi des réserves à propos de l'amendement adopté en commission des Affaires sociales du Sénat multipliant par quatre la taxe sur l'huile de palme pour des raisons de santé publique.

"Il est normal de s'occuper de l'impact sur la santé de l'huile de palme mais je ne suis pas certaine que ce soit à l'occasion d'un amendement purement financier que l'on puisse engager le débat", a-t-elle déclaré sur Canal+.

Rebaptisé "amendement Nutella", du nom de cette célèbre pâte à tartiner qui en intègre dans sa composition, le texte crée une contribution additionnelle de 300 euros la tonne à la taxe spéciale prévue sur les huiles de palme, de palmiste et de coprah "destinées à l'alimentation humaine, en état ou après incorporation dans tous les produits".

Il a été adopté mercredi à l'initiative du sénateur socialiste Yves Daudigny lors de l'examen du projet de loi de financement de la sécurité sociale pour 2013, au motif d'inciter l'industrie agroalimentaire à substituer à l'huile de palme des composants moins nocifs pour la santé.

Utilisée dans la composition des confiserie, des chips ou des glaces, l'huile de palme relève de la catégorie des acides gras saturés dont la consommation contribue au développement de l'obésité et des maladies cardio-vasculaires.

"Je souhaite que l'on prenne le temps d'une discussion sur la santé publique, sur les risques pour l'obésité en particulier", a dit Marisol Touraine, "donc je suis réservée sur l'augmentation de la taxe mais très attentive aux enjeux de santé publique qui sont posés."

Sur Europe 1, le ministre du Budget Jérôme Cahuzac a concédé que la hausse de la taxe, qui n'a pas encore passé le cap de la séance plénière du Sénat, était "spectaculaire".

Mais plutôt que sur les motifs sanitaires qui l'inspirent, il a préféré insister sur les "dégâts formidables" causés à l'environnement par la culture de l'huile de palme.

"Ce sont des déforestations massives qui se produisent pour cela, avec des destructions d'habitat naturel qui compromettent tout un écosystème", a-t-il déclaré.

"Je crois qu'il est temps que les consommateurs se rendent compte des dégâts formidables que l'on réalise à la planète pour satisfaire des besoins qui peut-être n'ont pas à l'être dans ces proportions-là."

La taxe pourrait rapporter jusqu'à 40 millions d'euros par an.

Yann Le Guernigou, édité par Yves Clarisse

5 commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

  • f.michon
    08 novembre13:37

    Si c'est trop dur de taxer, déjà imposer la mention de la présence et le pourcentage d'huile de palme dans la composition des produits alimentaires serait la marque que le "gouvernement compterai enfin sur la maturité et l'intelligence des citoyens", leur laissant le choix en connaissance de cause d'acheter ou non des produits en contenant.

    Signaler un abus

  • dhote
    08 novembre13:35

    Taxez la bêtise et nos comptes vont s'améliorer.

    Signaler un abus

  • cedricdz
    08 novembre13:22

    erratum : "...la maturité et l’intelligence des citoyens"...

    Signaler un abus

  • cedricdz
    08 novembre13:21

    ""Je crois qu'il est temps que les consommateurs se rendent compte des dégâts formidables que l'on réalise à la planète pour satisfaire des besoins qui peut-être n'ont pas à l'être dans ces proportions-là." ------Un gouvernement qui compterai enfin sur ma maturité et l'intelligence des citoyens?------ à suivre

    Signaler un abus

  • M7523987
    08 novembre12:48

    L'environnement n'est l'affaire que d'une minorité de "verts" !!! Beaucoup d'exagération

    Signaler un abus

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.