Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Mario Monti démissionnera après le vote du budget

Reuters09/12/2012 à 11:17

MARIO MONTI DÉMISSIONNERA APRÈS LE VOTE DU BUDGET

par Steve Scherer

ROME (Reuters) - Privé du soutien du parti de Silvio Berlusconi, qui a annoncé samedi son retour dans l'arène politique, le président du Conseil italien Mario Monti démissionnera après l'adoption au Parlement du budget 2013, prévue d'ici Noël.

Les élections législatives étaient normalement prévues en mars prochain, probablement le 10, une date jugée samedi "acceptable" par le "Cavaliere" qui brigue à 76 ans, pour la cinquième fois, la direction du pays.

Mais la prochaine démission de Mario Monti - une décision "irrévocable", a dit ce dernier - pourrait avancer la date du scrutin à février.

Aux termes de la constitution, des élections législatives doivent en effet être organisées dans les 70 jours suivant la dissolution du Parlement par le président de la République Giorgio Napolitano.

Silvio Berlusconi, empêtré dans des affaires de moeurs et des soupçons de corruption, avait démissionné en novembre 2011 pour laisser la place au "Professore" Mario Monti, ancien commissaire européen, et à son équipe de "techniciens".

Face à la crise économique et financière, le nouveau gouvernement a mis en place une draconienne politique d'austérité afin d'éviter à l'Italie le sort de la Grèce, un programme censé rassurer les investisseurs et les marchés mais qui suscite la colère d'une partie de la population - en treize mois, la cote de popularité de Mario Monti n'a jamais été aussi basse.

A l'issue d'un entretien de deux heures avec le chef de l'Etat samedi au palais du Quirinal, le président du Conseil a averti qu'un rejet du budget 2013 au Parlement ne ferait qu'aggraver la crise politique et aurait des conséquences au niveau européen.

Si ce projet de budget est adopté, ce qui est probable car le PDL a affirmé ne pas vouloir "plonger le pays dans le chaos", Mario Monti a annoncé qu'il démissionnerait aussitôt, ouvrant la voie aux élections.

"CAVALIERE" CONTRE "PROFESSORE"

"Face à l'irresponsabilité de la droite qui a trahi l'engagement pris il y a un an devant le pays, Mario Monti a répondu avec une dignité qui force le respect", a déclaré Pier Luigi Bersani, dirigeant du Parti démocrate et chef de file du centre gauche aux prochaines législatives, que les sondages donnent largement favori.

"Nous sommes disposés à approuver le budget le plus rapidement possible", a-t-il ajouté.

Selon un récent sondage de l'institut SWG, le Parti démocrate est en tête des intentions de vote avec 30,3%, contre 19,7% pour le très populiste Mouvement 5 Etoiles de l'humoriste Beppe Grillo et 13,8% pour le PDL, qui arrive seulement en troisième position.

Face à cette situation, Silvio Berlusconi s'est finalement résolu à agir, au moins pour tenter de "sauver les meubles" à droite.

"C'est avec tristesse que je retourne à la vie publique", a-t-il dit. "Et je le fais une nouvelle fois par sens des responsabilités."

"Si j'entre dans la course, c'est pour gagner", a ajouté Silvio Berlusconi qui avait multiplié ces dernières semaines les déclarations contradictoires sur son avenir politique.

Jeudi, à deux reprises, les parlementaires PDL, dont le soutien était essentiel au président du Conseil, n'ont pas voté la confiance au gouvernement. Ils n'ont pas participé au vote au Sénat et se sont abstenus à la Chambre des députés - sans aller toutefois jusqu'à voter contre le cabinet Monti.

Mercredi dernier, préparant son retour, Silvio Berlusconi avait déclaré qu'il ne voulait pas laisser l'Italie "s'enfoncer dans la récession" et avait sévèrement critiqué l'action de son successeur au palais Chigi.

"La situation est bien pire aujourd'hui qu'il y a un an, quand j'ai quitté le gouvernement de façon responsable et par amour pour mon pays", écrivait-il dans un communiqué.

"Je ne peux pas laisser mon pays sombrer dans une spirale récessive sans fin. Il est impossible de continuer ainsi."

Avec Elvira Pollina et Giselda Vagnoni; Guy Kerivel pour le service français


Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.