Aller au contenu principal Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
  1. Aide
    1. Espace Client
  1. Aide
    1. Espace Client

Marine Le Pen veut "démonter" les nouvelles éoliennes
information fournie par Boursorama avec Media Services14/10/2021 à 09:17

A droite comme à l'extrême droite, les éoliennes concentrent les critiques des candidats. La tête de proue du RN n'échappe pas à la règle.

Marine Le Pen, le 30 septembre 2021, à Cavignac ( AFP / ROMAIN PERROCHEAU )

Marine Le Pen, le 30 septembre 2021, à Cavignac ( AFP / ROMAIN PERROCHEAU )

"C'est pas renouvelable, c'est intermittent". Invitée de RTL jeudi 14 octobre, Marine Le Pen a une nouvelle fois affiché son hostilité au développement de l'éolien en France, faisant part de son intention de "démonter" les projets en cours.

"Je ne suis pas Emmanuel Macron. Moi, j'ai des positions claires"

"On a vendu ça en parlant de renouvelable. C'est pas renouvelable, c'est intermittent", a estimé la candidate à l'Elysée, qui souhaite mettre un coup d'arrêt au secteur. Dans l'hypothèse d'une accession au pouvoir, "je toute nouvelle construction de parc éolien et lance un grand chantier pour les démonter", lance t-elle. " Je ne suis pas Emmanuel Macron! Moi, j'ai des positions claires. J'ai des convictions, je n'en change pas. Je dis à l'avance ce que je ferai parce que j'y crois !", a t-elle affirmé.

Pour justifier sa décision, Marine Le Pen fait valoir la hausse des prix généralisée. "Les Français n'arrivent plus à vivre avec le budget qui est le leur. Pourquoi? Parce que tout a augmenté dans des proportions spectaculaires. Toutes ces augmentations mises bout à bout les étouffent et les empêchent de terminer correctement leur fin de mois", a t-elle déclaré. Marine Le Pen avait en outre déjà promis, si elle est élue, de lancer "immédiatement" la construction de trois nouveaux EPR" et le "grand carénage" du parc actuel de centrales nucléaires.

En pleine flamblée des prix de l'énergie, le débat sur le nucléaire est au coeur de la campagne présidentielle au moment où la facture d'énergie des Français bondit, tandis qu'Emmanuel Macron s'apprête à annoncer de nouveaux investissements.

"Le point crucial" sur lequel les candidats doivent se positionner, "ce n'est pas 'pour ou contre le nucléaire', mais 'êtes-vous pour la construction de nouveaux réacteurs'", au moment où le parc nucléaire français vieillit, souligne Daniel Boy, directeur de recherche au Cevipof, le centre de recherches politiques de Sciences Po.

(  /  )

( / )

Dans ce débat sensible, les Français sont partagés: 51% se disent "favorables" à la construction de nouveaux réacteurs "dans les prochaines années", contre 49% qui affirment l'inverse, selon un sondage Ifop pour le JDD publié début octobre. Emmanuel Macron, lui, s'est positionné clairement: il présente mardi "France 2030", un plan de plusieurs dizaines de milliards d'euros, qui prévoit notamment la construction de petits réacteurs nucléaires dits SMR ("Small Modular Reactors").

14 commentaires

  • 22:26

    Un de plus après moretti griset.............