Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Marine Le Pen rattrape son retard chez les jeunes

Reuters17/02/2012 à 17:32

MARINE LE PEN RATTRAPE SON RETARD CHEZ LES JEUNES

par Chine Labbé

PARIS (Reuters) - Dans le local de leur fédération de Paris, dans le XIIIe arrondissement, une trentaine de jeunes sympathisants du Front national débattent, comme chaque semaine, d'un thème cher au parti : "la crise de la démocratie en France".

"Perte de souveraineté" au profit de Bruxelles, système des parrainages "obsolète", "recul" de la liberté d'expression, un jeune militant expose ses idées sur la question, avant de souligner les "solutions" offertes par la présidente du FN.

Pour ces jeunes, encartés ou sympathisants, le Front national n'est pas un parti d'extrême droite, mais un parti "hors système", dont ils défendent le "bon sens".

Le nombre de jeunes adhérents du FN, proche jusqu'à récemment des 8.000, sur environ 50.000 membres, a augmenté très fortement ces deux derniers mois, affirme Julien Rochedy, président des "Jeunes avec Marine" et conseiller politique de la candidate à l'élection présidentielle Marine Le Pen.

Il communiquera les nouveaux chiffres d'adhésion samedi, lors de la convention organisée par Marine Le Pen à Lille.

"Les jeunes ont véritablement envie de changer les choses et ils se rendent bien compte que s'ils ont envie de voter différemment que leurs parents ou leurs grands-parents, c'est en votant Marine Le Pen", estime-t-il.

Le vote des jeunes pour le FN "n'est pas une nouveauté", dit Jean-Daniel Lévy, de l'institut de sondages Harris Interactive.

En 2002, Jean-Marie Le Pen avait obtenu 16% de voix chez les 18-24 ans, à peine moins qu'au niveau national (17%). Mais cette adhésion avait reculé en 2007, avec seulement 6%, soit 4 points de moins que le score réalisé par le candidat du Front national, d'après une enquête post-électorale de l'Ifop.

En faisant la moyenne des intentions de vote depuis le début de l'année, le score de Marine Le Pen chez les 18-24 ans s'établit à 18%, soit seulement un point de moins que sa moyenne dans toutes les catégories dans les sondages, observe l'Ifop.

ENTRE NATHALIE ET MARINE

Pour Damien Philippot, de l'Ifop, "il y a une forme de précarisation de la jeunesse qui peut expliquer son rattrapage dans cette catégorie".

Le chômage a atteint en décembre son plus haut niveau depuis septembre 1999. Cette hausse n'a pas épargné les plus jeunes. Toutes catégories confondues, le chômage des moins de 25 ans a augmenté de 2,5% en un an et affecte un quart d'entre eux.

"On est face à des jeunes qui sont beaucoup moins structurés politiquement et qui adoptent des comportements moins linéaires que leurs parents", estime pour sa part Jean-Daniel Lévy.

"La force de Marine Le Pen, c'est qu'elle n'est pas dans un langage politique traditionnel", dit-il.

C'est d'ailleurs son côté "anti-système" qui a attiré de nombreux jeunes rue Jeanne d'Arc, du nom de l'égérie du parti.

Jean-Baptiste, 35 ans, se présente comme un sympathisant de l'extrême gauche sur les questions économiques, mais du Front national dans le domaine de l'immigration et des valeurs.

"Ce que j'aime pendant les périodes électorales, c'est pouvoir débattre", explique-t-il. Quelques semaines plus tôt, il participait au meeting de Nathalie Artaud, candidate de Lutte ouvrière (LO). Mais on ne le verra pas aux rassemblements du Parti socialiste, de l'UMP ou du Centre, assure-t-il.

En 2002, il a voté pour Arlette Laguiller (LO) au premier tour et pour Jean-Marie Le Pen au second. En 2007, pour Jean-Marie Le Pen, puis pour la socialiste Ségolène Royal.

Et à la primaire socialiste de l'automne, où il dit "s'être invité", il a donné sa voix à Arnaud Montebourg, chantre de la démondialisation et de la VIe République.

ANONYMAT

Les "valeurs" véhiculées par le FN, c'est aussi ce qui a séduit Mathilde, 20 ans. Sécurité, immigration, identité sont d'ailleurs sur toutes les lèvres. "Je ne suis pas nationaliste mais je suis vraiment patriote", dit-elle.

La personnalité de Marine Le Pen, jugée plus modérée que son père, est également responsable de cet engouement.

"Pour moi, son père, c'est une catastrophe", confie Mathilde. "Elle est beaucoup plus soft et moderne, elle est vraiment jeune dans son discours", ajoute-t-elle.

Dans une lettre aux jeunes Français postée sur le site jeunesavecmarine.fr, Julien Rochedy désigne Marine Le Pen comme la candidate "naturelle" de la jeunesse.

Mais s'ils disent assumer leur choix, dans les faits aucun des jeunes présents n'ira jusqu'à révéler son nom, ni son lieu de travail. Archibald, 19 ans, arbore fièrement un pin's avec la flamme du FN, mais se cache derrière un pseudonyme.

"Je n'ai pas envie de ruiner ma carrière", dit-il.

Même position pour Mathilde, qui ne souhaite pas révéler ses choix politiques à ses collègues musiciens. "La première fois que je suis venue à un meeting des 'Jeunes avec Marine', j'ai eu l'impression d'entrer en résistance", dit-elle.

Les jeunes restent majoritairement attirés par la gauche, soulignent plusieurs analystes. Avec 18% estimé, Marine Le Pen est loin derrière François Hollande, qui obtient 34% d'intentions de vote en moyenne chez les 18-24 ans, d'après l'Ifop. Elle est également devancée par Nicolas Sarkozy, à 22%.

Edité par Yves Clarisse

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.