Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Marine Le Pen passe à l'offensive sur l'immigration

Reuters19/02/2012 à 14:12

par Gérard Bon

LILLE (Reuters) - Qualifiant Nicolas Sarkozy de "Monsieur plus de l'immigration", Marine Le Pen et son équipe de campagne ont décidé d'adopter une stratégie offensive pour empêcher le président sortant de s'emparer des thèmes de prédilection du Front national comme il l'avait fait lors de la présidentielle de 2007.

La candidate du FN a ainsi annoncé samedi, lors d'une convention à Lille, le lancement d'une procédure judiciaire pour "tromperie sur la marchandise" visant la viande halal, distribuée selon elle dans toute la région parisienne à l'insu des consommateurs.

Une affirmation "absolument fausse" selon les industriels du secteur. Le président de l'Association nationale interprofessionnelle du bétail et des viandes, Dominique Langlois, a ainsi déclaré dimanche sur France Info qu'en Ile-de-France, la très grande majorité de la viande n'était pas abattue selon le rite halal ou casher.

Nicolas Sarkozy a lancé depuis l'annonce de sa candidature la semaine dernière une offensive droitière, proposant notamment des référendums sur l'immigration et la formation des chômeurs.

"Nicolas Sarkozy tente de renouveler 2007 en allant sur nos thèmes, ça nous oblige à une stratégie offensive. Nous n'avons pas l'intention de le laisser faire", explique Nicolas Bay, porte-parole et conseiller pour l'immigration de Marine Le Pen.

Il estime que la "dynamique" est aujourd'hui du côté de la chef de file du FN, contrairement à 2007 où l'actuel chef de l'Etat avait réussi à "siphonner" une partie de l'électorat de Jean-Marie Le Pen. Et qu'il sera plus facile de lui opposer son bilan en matière d'immigration et de sécurité, que le FN juge "catastrophique".

Marine Le Pen avait mis quelque peu en veilleuse, jusqu'à la semaine dernière, les "fondamentaux" du FN pour privilégier le volet économique et social car elle voulait coller à la crise de l'euro.

"Cela a permis de faire connaître son programme économique", souligne Nicolas Bay.

Ce programme économique, sous-tendu par une sortie concertée de l'euro, est très critiqué par ses adversaires et des économistes, qui estiment qu'il porterait un coup sévère aux finances des Français.

"VICTIME D'UNE CARICATURE"

"Je suis victime d'une caricature de mon programme. Sur la crédibilité économique, regardez les sondages ! Je ne suis pas sûre que les chiffres que le président sortant obtient soient supérieurs aux miens", répond la présidente du FN.

Concernant l'immigration, la candidate et ses partisans vont insister tout au long de la campagne sur l'ampleur de l'immigration légale, qu'ils chiffrent à un million de personnes pendant la durée du quinquennat sur la base des propres données du ministère de l'Intérieur.

Marine Le Pen s'est engagée, si elle était élue, à réduire à 10.000 par an le nombre d'entrées en France, contre plus de 200.000 aujourd'hui.

Pour ce faire, elle a décliné un arsenal de mesures restrictives, notamment la suppression du droit du sol et du regroupement familial, ainsi que l'interdiction de toute régularisation de sans-papiers.

Les stratèges du FN chiffrent le coût annuel de l'immigration en France entre 35 et 75 milliards d'euros, une fourchette tirée d'études là aussi controversées.

"Nous, ce qu'on veut d'abord, c'est supprimer les pompes aspirantes de l'immigration", explique Nicolas Bay, en égrenant les aides sociales susceptibles, selon lui, d'attirer les étrangers en France. Parmi elles, l'aide médicale d'Etat, l'allocation de solidarité pour les personnes âgées et l'accès aux logements sociaux.

Marine Le Pen a également durci le ton, depuis son discours du 12 février à Strasbourg, sur la laïcité, un thème lui permettant de cibler en priorité le "fondamentalisme islamique", qui, contrairement aux "juifs" ou aux protestants", exerceraient "des pressions ou des menaces pour faire changer la loi de la République".

Le FN s'engage à prohiber toute nourriture halal des cantines scolaires et à interdire le port du voile à tout usagère des services publics.

Edité par Patrick Vignal

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.