1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Votre compte a été clôturé.

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Marine Le Pen ne lira pas le tome II des «Mémoires» de son père, dont elle est la cible
Le Parisien01/10/2019 à 19:54

Marine Le Pen ne lira pas le tome II des «Mémoires» de son père, dont elle est la cible

« Ces mémoires, quoi que j'en aie dit, me serviront de testament. » Jean-Marie Le Pen publie ce mercredi « Tribun du peuple » (éditions Muller), second volet de son autobiographie, commencée il y a 44 ans lors d'une traversée à la voile du Pacifique. Un ouvrage pour solde de tout compte qui couvre la période allant de 1972, date de création du Front national, à aujourd'hui.Le livre est dédicacé à ses trois « amours » : « La France, les miens, les Français ». Il n'est pourtant pas tendre avec ses proches. En particulier avec Marine Le Pen. Car, si Jean-Marie se dit « réconcilié » avec Marine, Le Pen ne l'est pas avec la présidente du Rassemblement national à qui il n'a toujours pas pardonné le parricide politique. LIRE AUSSI > Le décès de Jacques Chirac bouscule le plan com de Jean-Marie Le Pen« Elle a certaines qualités pour faire de la politique. Du cran, de l'allant, de la repartie. Mais elle n'a pas confiance en elle. Cela explique ses fautes. Son côté dictatorial », écrit le Menhir, en écho à une réflexion largement chuchotée dans les couloirs du parti. « Depuis le départ des jean-marinistes d'une part, puis des philippotistes, nul ne discute plus la voix de la cheftaine, poursuit-il. [...] Le reste de son bureau politique est devenu un potager de seconds poireaux. »L'ancien président d'honneur va même jusqu'à se demander si l'échec de sa fille à la présidentielle n'est pas une bonne nouvelle. « Gagner, mais pour quoi faire ? Avec quel état-major ? Quelle équipe ? Quelles relations avec l'administration ? [...] Le FN, c'est l'une de ses grandes faiblesses et c'est la rançon de son indépendance, est dramatiquement seul », reconnaît son cofondateur qui conclut que « l'échec de Marine fut peut-être providentiel ».«L'échec de Marine fut peut-être providentiel»Même vis-à-vis de sa petite-fille, Marion Maréchal, qui a « un talent au-dessus du lot » et qui ...

Lire la suite de l'article sur LeParisien.fr

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer