1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Marine Le Pen devra rembourser 300.000 euros au Parlement européen
Boursorama avec AFP Services23/05/2019 à 13:46

Mis en cause dans l'affaire des assistants parlementaires à Strasbourg, le Rassemblement national (ex-FN) devra bien rembourser près de 300.000 euros, a décidé la justice européenne.

Marine Le Pen en meeting à Villeblevin (Yonne), le 21 mai ( AFP / FRANCOIS GUILLOT )

Mardi 21 mai, la justice européenne a rejeté le dernier recours de la présidente du Rassemblement national (RN), Marine Le Pen, qui contestait le remboursement de près de 300.000 euros pour l'emploi douteux d'une assistante parlementaire. Dans son jugement, consulté par l'AFP jeudi 23 mai, la Cour de justice de l'Union européenne rejette le pourvoi de Mme Le Pen, ultime étape dans cette procédure judiciaire européenne. Le Rassemblement national devra donc rendre les 300.000 euros à Strasbourg.

Catherine Griset, cheffe de cabinet de Marine Le Pen

"Boule puante. Personne n'est dupe", a réagi l'intéressée par SMS. En juin 2018, le Tribunal de l'UE avait confirmé le remboursement des 300.000 euros, estimant que Marine Le Pen n'avait "pas été en mesure de démontrer que son assistante assurait des tâches effectives pour elle". L'employée en question, Catherine Griset, a travaillé en tant qu'attachée parlementaire entre fin 2010 et début 2016. Cheffe de cabinet de Marine Le Pen depuis 2015, elle est actuellement numéro 10 de la liste du RN pour les élections européennes.

60.000 euros déjà recouvrés

Dans une affaire similaire, le Parlement européen réclame également 40.000 euros à Marine Le Pen pour l'emploi d'un garde du corps comme assistant. Plusieurs retenues ont eu lieu avant le départ de Marine Le Pen du Parlement européen, courant 2017, et ont permis de récupérer environ 60.000 euros, selon une source parlementaire. 

Pour obtenir le reste de la somme, le Parlement européen compte sur les suites de la procédure judiciaire en France, dans laquelle il s'est porté partie civile.

14 commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

  • Xophe3
    24 mai12:59

    Tout leur est dû à ces châtelains de Saint Cloud...

    Signaler un abus

Voir plus de commentaires

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer