1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Marielle, départ d'un seigneur
So Foot25/04/2019 à 16:25

Marielle, départ d'un seigneur

Il avait tout du supporter moyen de football : la beauferie, la paresse, le chauvinisme. Jean-Pierre Marielle est décédé hier soir, mercredi le 24 avril, des suites d'une maladie qui ne passe pas en six mois de kiné : Alzheimer. Par deux fois, seulement, il avait joué des rôles en rapport avec le football : un compliqué, dans Les Seigneurs, et un réussi, dans ...Comme la Lune, de Joël Séria, en 1977. Retour sur un mariage tellement évident qu'il fût souvent esquivé.

Jean-Pierre Marielle est mort. Dans le silence, sans un mot, sans un bruit, à l'inverse de la plupart de ses personnages, stentors charismatiques et bruyants, amateurs du verbe qui attirait l'attention et du trait d'esprit qui mettait fin à la conversation, parce qu'on ne pouvait rien y répondre. Marielle jouait les français, les splendides beaufs, les " cons ", qu'il adorait. " Et puis, ça me convient bien, disait-il. J'ai pas trop à forcer sur la composition. " La connerie, c'est probablement ce qui le liait à Joël Séria, qui la trouvait " flamboyante ", et qui fît du moustachu - la barbe est venue avec les cheveux blancs - son acteur fétiche. Au milieu des années 1970, après Charlie et ses deux nénettes (1973), et les délicieuses Galettes de Pont-Aven (1975), le réalisateur fait appel à Marielle pour sa prochaine bobine : ...Comme la Lune. Le bonhomme avait l'art d'écoper de patronymes franchouillards frisant le ridicule, comme Galabru, le voilà donc en Roger Pouplard, réparateur de réfrigérateurs en Normandie.

Top 10 : les pires scènes de football

Il trompe sa femme Jeanine, pâtissière du village, avec la petite Nadia, une beauté blonde jouée par Sophie Daumier, bouchère de profession qui considère les hommes comme un bout de bidoche de plus dont il faut s'occuper. Marielle dit d'elle : " Ah, c'est un joli morceau, hein ? Elle vaut bien son coup de chevrotine. " Comme d'habitude, il est con. " Je voulais représenter un beauf un peu imbécile ", dit Séria un peu plus tard, décidant d'ajouter à l'attirail de son personnage une passion qui colle bien au script : le football. Pas besoin de faire long. Dans l'une des premières scènes, sa femme de ménage lui tend un canard format XL, c'est un l'Équipe en noir et blanc. Dans la scène suivante, Pouplard est dans Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer