1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Mariage gay : Frigide Barjot hésite à manifester dimanche
Le Parisien23/05/2013 à 19:59

Mariage gay : Frigide Barjot hésite à manifester dimanche

La situation est-elle en train de la dépasser ? Figure de proue des anti-mariage gay, omniprésente dans les médias ces derniers mois, Frigide Barjot hésite pourtant à se rendre à la manifestation de dimanche, baroud d'honneur des opposants à la la loi Taubira contre laquelle elle n'a cessé de ferrailler.

La porte-parole de la Manif pour tous évoque un «climat de violence» et dit ne pas se sentir «en sécurité». «Il est indispensable que tous les porte-parole appellent au calme et à l'apaisement. Les menaces deviennent très violentes contre moi», a-t-elle expliqué, indiquant avoir reçu ce jeudi matin un mouchoir plein de sang.

Un climat électrique

A quelques jours du rassemblement, le climat est électrique. Mardi, l'écrivain d'extrême-droite violemment opposé au mariage homosexuel, Dominique Venner, s'est donné la mort dans la cathédrale Notre-Dame de Paris juste après avoir publié dans la journée un post sur son blog pour dénoncer la «loi infâme» qui ouvre le mariage aux couples homosexuels. «Les manifestants du 26 mai auront raison de crier leur impatience et leur colère», écrivait-il.

Frigide Barjot avait aussitôt pris ses distances avec cet «acte personnel isolé», provoquant la colère des anti-mariage gay les plus radicaux. Elle avait dans le même temps expliqué lors d'une conférence de presse que les nombreuses menaces de mort qu'elle recevait depuis des semaines émanaient de «mouvances d'extrême droite». Face à ce «danger», elle appelait Manuel Valls à renforcer sa sécurité.

Valls dit son «inquiétude»

Le ministre de l'Intérieur a répondu à sa demande ce jeudi, assurant, en marge de la séance des questions au gouvernement au Sénat, qu'elle allait être «évidemment protégée». A cette occasion, le locataire de la place Beauvau a dit son « inquiétude liée à ces groupes d'extrême droite identitaires qui ont été présents dans les différentes manifestations» et qui...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer