Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Votre compte a été clôturé.

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Pour des raisons de sécurité et pour continuer à accéder à votre espace membre, nous vous remercions de bien vouloir valider votre compte membre en cliquant sur le lien suivant : Je valide mon compte membre
Vous allez recevoir un email à l'adresse indiquée lorsque vous aviez créé votre compte.
Cliquez ensuite sur le lien présent dans le mail. Vous pourrez alors de nouveau accéder à votre compte membre.
Si vous n'avez pas reçu cet email, contactez-nous

Un email de confirmation vient de vous être adressé.

  • 8 caractères minimum

  • 1 majuscule

  • 1 minuscule

  • 1 chiffre

  • 1 caractère spécial

  • Différent de votre pseudo

  • Les deux mots de passe sont identiques

Mot de passe oublié ?

Bénéficiez gratuitement de fonctionnalités et de services additionnels. Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Mariage avorté avec Tiffany: LVMH va saisir à son tour la justice américaine
AFP10/09/2020 à 14:28

Le géant du luxe LVMH va saisir la justice américaine contre le joaillier Tiffany, qu'il accuse de "mauvaise foi" ( AFP / Martin BUREAUVincenzo PINTO )

Le géant du luxe LVMH va saisir la justice américaine contre le joaillier Tiffany, qu'il accuse de "mauvaise foi" et dont il pointe "les mauvais résultats" financiers, au lendemain de la suspension de leur opération de rapprochement record à 16,2 milliards de dollars.

Mercredi, le groupe de Bernard Arnault avait estimé qu'il n'était "plus en mesure" de racheter "en l'état" le joaillier, mettant en avant "une succession d'événements de nature à fragiliser l'opération d'acquisition de la société Tiffany".

LVMH faisait notamment état d'une lettre du ministre de l'Europe et des Affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian, qui, en réaction à la menace de taxes sur les produits français formulée par les Etats-Unis, demandait au groupe de différer l'acquisition de Tiffany au-delà du 6 janvier 2021.

De son côté, Tiffany avait annoncé mercredi qu'il attaquait en justice aux Etats-Unis le numéro un mondial du luxe, l'accusant entre autres d'avoir fait traîner des démarches réglementaires.

Jeudi, LVMH fait part de son "étonnement" concernant l'action en justice de Tiffany, qu'il juge dans un communiqué "totalement infondée. Elle est manifestement préparée de longue date par Tiffany et a été communiquée d'une manière trompeuse pour les actionnaires et diffamatoire".

"La longue préparation de cette assignation montre la mauvaise foi de Tiffany dans ses relations avec LVMH. L'essentiel de cette action repose sur les reproches faits par Tiffany à LVMH de ne pas avoir agi avec diligence pour l'obtention des autorisations administratives relatives aux règles antitrust à travers le monde. Cette accusation n'a aucune substance et LVMH le démontrera devant le tribunal civil du Delaware", tient-il à souligner. 

Le géant du luxe affirme que "la notification à Bruxelles interviendra, comme prévu, dans les prochains jours et cette date résulte simplement du planning fixé avec la Commission européenne elle-même, ce que Tiffany sait parfaitement. Et il est légitime de penser que son autorisation sera obtenue courant octobre".

Par ailleurs, le groupe indique que son conseil d'administration "a constaté que les résultats (de Tiffany) du premier semestre et ses perspectives pour l'année 2020 sont mauvais, et significativement inférieurs à ceux des marques comparables du groupe LVMH pendant la période".

Le groupe de Bernard Arnault indique qu'il sera "donc amené à mettre en cause la gestion de la crise par le management de Tiffany et son conseil d'administration". 

"LVMH estime, entre autres, que cette période est affectée par une situation de force majeure, que Tiffany n'a pas suivi un cadre normal de gestion, notamment en distribuant des dividendes substantiels alors que la société était en perte et que les opérations et l'organisation de cette société n'ont pas été préservées". 

En conclusion, LVMH "confirme donc, que les conditions nécessaires à la réalisation de l'acquisition de Tiffany ne sont pas réunies".

kd/soe/eb

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer