Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Marée de bonnets rouges sur Quimper contre l'écotaxe

Reuters02/11/2013 à 20:56

HEURTS À QUIMPER LORS D'UNE MANIFESTATION CONTRE L'ÉCOTAXE

par Pierre-Henri Allain

QUIMPER, Finistère (Reuters) - Des milliers de personnes coiffées de bonnets rouges se sont rassemblées samedi à Quimper (Finistère), où des heurts ont éclaté avec la police malgré les appels au calme, pour défendre l'emploi en Bretagne et réclamer la suppression de l'écotaxe.

La manifestation a rassemblé plus de 10.000 personnes selon la préfecture et plus de 30.000 personnes selon les organisateurs, réunissant salariés de l'industrie agro-alimentaire, artisans, agriculteurs, transporteurs routiers, pêcheurs et chefs d'entreprise.

En milieu d'après-midi, des heurts ont éclaté entre une centaine de manifestants et les forces de l'ordre rassemblées près de la préfecture du Finistère qui ont répliqué à des jets de projectiles en faisant usage de lances à eau et de grenades lacrymogènes.

La préfecture a signalé plusieurs blessés légers lors de ces échauffourées.

Dans le département voisin du Morbihan, un portique de contrôle de l'écotaxe est tombé samedi après avoir été incendié par des manifestants à proximité de Saint-Allouestre.

Pour symboliser les difficultés que traverse actuellement la Bretagne, notamment dans le domaine agro-alimentaire, les manifestants ont installé des dizaines de pots de chrysanthèmes multicolores près de la préfecture et aux abords de la place de la Résistance.

"Tous mes voisins sont dans l'agro-alimentaire ou dans la pêche, ces chrysanthèmes, c'est pour montrer que la Bretagne est en train de mourir", a dit à Reuters Armelle, une assistante sociale de 46 ans, venue de Brest.

Les manifestants portaient des bonnets rouges, en référence aux révoltes paysannes bretonnes de la fin du 17e siècle.

PAS D'UNANIMITÉ

Une délégation de 250 à 300 employés de l'abattoir Gad de Lampaul-Guimiliau, qui doit bientôt fermer et supprimer 850 emplois, avait fait le déplacement ainsi que des ouvriers de Marine Harvest, dont le site de Poulaouen, dans le Finistère, qui compte environ 400 postes doit aussi fermer.

Portant un maillot orange frappé des mots "Marine Harvest, salariés en colère", Céline, 35 ans, travailleuse intérimaire dans cette société, s'est dite insatisfaite de la suspension de l'écotaxe décidée par le gouvernement, même si cette taxe qui devait entrer en vigueur le 1er janvier n'a pas eu d'incidence sur la situation de son entreprise.

"Je demande sa suppression parce que c'est toute la Bretagne qui va être pénalisée", a-t-elle déclaré à Reuters, ajoutant qu'avec les fermetures d'usines "les commerçants, les artisans, ne pourront plus vivre".

"C'est un jour qui fera date", a lancé, devant une forêt de drapeaux bretons et du haut d'un podium qui réunissait différents représentants syndicaux, le maire de Carhaix, Christian Troadec (Divers gauche).

Ceint d'une écharpe aux couleurs blanches et noires de la Bretagne, l'élu a également demandé la fin du dumping social en Europe qui selon lui mine l'emploi et l'économie en Bretagne.

La manifestation quimpéroise n'a toutefois pas fait l'unanimité puisque certaines organisations, telles Europe Ecologie Les Verts, la CGT, la FSU, le Parti communiste ou encore le Front de Gauche, ont appelé à un autre défilé à Carhaix, jugeant ambigus les mots d'ordre du défilé quimpérois.

"A Quimper, on reste sur l'écotaxe, mais l'écotaxe ce n'est pas le problème des salariés, c'est le problème des patrons", a déclaré à Reuters Anne-Véronique Roudaut, secrétaire départementale de la CGT, syndicat par ailleurs favorable au principe de l'écotaxe pour des raisons économiques et écologiques.

EELV Bretagne a estimé de son côté que la question de la taxe poids lourds n'était qu'un écran de fumée destiné à masquer les responsabilités des principaux acteurs patronaux de l'agro-alimentaire dans la faillite du modèle breton.

Edité par Pascal Liétout

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.