1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Marche pour le climat : les «Gilets verts» ne veulent pas être les oubliés
Le Parisien09/12/2018 à 19:24

Marche pour le climat : les «Gilets verts» ne veulent pas être les oubliés

« Fin du monde, fin du mois, même combat ». Ce slogan était, samedi, l'un des plus repris par les 25 000 militants écologistes et nombreux Gilets jaunes venus participer à la Marche pour le climat de Paris, et par les milliers de manifestants en province. Comme si protection de la planète et sauvegarde du pouvoir d'achat étaient les deux faces d'une même pièce. « Nous nous félicitons de voir qu'il y a eu autant de villes et de villages où les Gilets jaunes, les Gilets verts et les sans gilets se sont retrouvés pour exprimer leur détermination contre un exécutif jusqu'ici incapable de répondre à la colère sociale et aux impératifs écologiques », note Aurélie Trouvé, porte-parole de l'association Attac France.Mais le mouvement de contestation sociale ayant démarré sur fond de hausse du prix des carburants, les associations environnementales craignent que le recul du gouvernement sur la taxe carbone ne signe désormais une capitulation sur les mesures en faveur de l'environnement. « Le risque est que l'écologie serve de fusible à la rénovation sociale, reconnaît le président de la Ligue de protection des oiseaux (LPO), Allain Bougrain-Dubourg. Ce serait oublier que la justice sociale a toujours servi de racine à l'écologie et que développer des mesures environnementales est une chance plutôt qu'une punition pour les ménages les plus modestes ».À condition, comme le réclame l'eurodéputé écologiste Yannick Jadot, que chaque euro collecté au titre des taxes « écologiques » soit redistribué à ceux qui ont besoin de mieux isoler leur maison, de changer de voiture ou de chaudière. « Si Emmanuel Macron ne s'engage pas à redistribuer les recettes, l'écologie sera la victime expiatoire de trente ans de fracture sociale et territoriale en France », craint l'élu vert. Estimant qu'il ne peut pas y avoir « d'écologie sans justice sociale », les participants à la marche pour le climat ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer