Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Manuel Valls tente d'apaiser les médecins sur la loi santé

Reuters19/03/2015 à 18:28

MANUEL VALLS TENTE D'APAISER LES MÉDECINS AU SUJET DU PROJET DE LOI SANTÉ

PARIS (Reuters) - Manuel Valls a tenté jeudi d'apaiser médecins et internes, vent debout contre la loi santé de Marisol Touraine, sans toutefois remettre en cause le texte et la généralisation du tiers payant qui cristallise leur opposition.

Déçu par la réunion avec le Premier ministre, le principal syndicat de médecins libéraux, la CSMF, a appelé à une nouvelle grève le 31 mars, date la présentation du projet de loi de santé en séance publique à l'Assemblée nationale.

Le Premier ministre a reçu les représentants des professions de santé après leur manifestation de dimanche, qui a réuni entre 20.000 et 40.000 personnes à Paris, et quelques heures après le début de l'examen du texte en commission à l'Assemblée.

S'il n'a pas convaincu les médecins dont les plus virulents, minoritaires, réclament encore le retrait pur et simple du texte, il a semblé avoir trouvé une oreille attentive chez les internes et les étudiants.

Devant la dizaine de représentants présents, Manuel Valls a réaffirmé que le texte serait examiné par l'Assemblée à partir du 31 mars et que le tiers payant, qui dispense le patient d'avancer les frais d'une consultation médicale, serait bien généralisé en 2017, disposition adoptée jeudi en commission.

Mais il a tâché de donner des gages en se disant ouvert à des aménagements "sur les modalités techniques" du tiers payant, que les médecins décrivent au mieux comme une usine à gaz, et a promis de les revoir après la première lecture du texte.

Il entend alors fixer la date de la "grande conférence santé" dont les travaux préparatoires seront confiés à Lionel Collet, conseiller d'Etat, et Anne-Marie Brocas, présidente du Haut conseil pour l'avenir de l'assurance maladie.

JOURNÉE "SANTÉ MORTE"

A leur sortie, les médecins disaient n'avoir pas avancé d'un pouce, tant sur le tiers payant que sur la stratégie de santé. "On a perdu trois ans, on va encore en perdre deux", a dit Jean-Paul Hamon, président de la Fédération des médecins de France.

Claude Leicher, de MG France, a souligné que malgré l'offre de dialogue bienvenue, les positions restaient très éloignées.

"Nous prenons acte du fait que le Premier ministre ne retirera pas ce projet de loi, ne veut même pas le reculer et donc nous allons être dans un dialogue et probablement une confrontation avec le gouvernement", a-t-il dit.

La Confédération des syndicats médicaux français (CSMF), qui réclamait jusqu'à présent la "réécriture" du texte, réclame désormais son abandon total et appelle à une journée "santé morte" le 31 mars.

"Nous devons faire entendre raison au gouvernement: la mobilisation doit se poursuivre", écrit-il dans un communiqué.

Les médecins libéraux ont reçu mardi le soutien du Medef et de son président, Pierre Gattaz, qui s'est livré à une attaque en règle du projet de loi Touraine.

Le ton était plus apaisé chez les internes, signe que le rendez-vous, sans changer complètement la donne, aura peut-être servi les desseins du gouvernement.

"Enfin, on se sent écoutés et entendus, nous prenons acte de cette volonté d'ouverture et nous voulons aller de l'avant", a dit Julien Lenglet, président de l'Intersyndicale des chefs de clinique assistants, pour qui le tiers payant "n'est pas un problème en soi".

"L'objectif, c'est que les problèmes techniques soient évacués. Ça, c'est en train d'être travaillé, je pense de façon efficace, et on devrait arriver à un accord", a-t-il ajouté.

(Gregory Blachier, édité par Yves Clarisse)

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.