Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Manuel Valls tente d'amadouer une majorité frondeuse

Reuters07/04/2014 à 22:09

MANUEL VALLS MULTIPLIE LES CONSULTATIONS POUR AMADOUER UNE MAJORITÉ FRONDEUSE

PARIS (Reuters) - Manuel Valls multiplie les consultations afin de désamorcer la fronde des députés socialistes et de trouver la majorité la plus large possible pour soutenir mardi le programme de réformes de son gouvernement lors du vote de confiance.

Si le résultat ne fait guère de doute dans l'immédiat, l'alternative logique étant une dissolution de l'Assemblée nationale qui ferait revenir la droite au pouvoir, le nouveau Premier ministre risque de devoir à l'avenir répéter l'opération très souvent pour amadouer une majorité divisée.

Pour le "grand oral" de 45 minutes de mardi, il devrait, selon le souhait de François Hollande "faire du Valls", c'est-à-dire placer son action sous le signe de l'efficacité, tout en évitant de se mettre sous la tutelle du Parlement.

Le Premier ministre a reçu dimanche des représentants des 86 parlementaires - proches de l'ancienne première secrétaire Martine Aubry et tenants de la gauche du PS - qui ont menacé de refuser la confiance en l'absence d'un "contrat de majorité" synonyme d'inflexion de sa politique.

Après un déjeuner avec François Hollande, Manuel Valls a pourvuivi lundi son tour d'horizon en recevant successivement à Matignon radicaux de gauche, écologistes et communistes.

Avec 291 députés sur un total de 577, le groupe socialiste possède à lui seul la majorité absolue au Palais-Bourbon et le risque d'un refus d'accorder la confiance est ténu.

"Il y aura quatre cinq abstentions", a dit à Reuters Thierry Mandon, porte-parole du groupe PS à l'Assemblée. "C'est du cirque, ce sont les aubrystes qui ne sont pas contents, pas contents de ne pas être au gouvernement, et un petit fonds global du groupe qui souhaite une inflexion sociale."

"LE PREMIER MINISTRE DOIT RASSURER"

Vu l'effondrement de l'électorat de gauche constaté aux élections municipales, la majorité des députés socialistes a conscience que peu d'entre eux seraient réélus en cas de dissolution de l'Assemblée nationale.

"Aucun des députés de la majorité n'a envie d'ajouter de la crise à la crise", estime dans un entretien au Monde de mardi le président de l'Assemblée nationale, Claude Bartolone.

"Le Premier ministre doit être capable de les rassurer car, au-delà des députés, c'est le pays qui le sera", ajoute-t-il.

Manuel Valls devrait aussi bénéficier mardi du soutien des 17 députés radicaux de gauche et d'une partie des 17 élus écologistes dont certains ont désapprouvé le refus de l'ancienne ministre Cécile Duflot de participer au gouvernement.

La décision de nommer mercredi seulement la dizaine de secrétaires d'Etat venant épauler les 16 ministres désignés la semaine dernière permet de s'assurer du vote de ceux qui, parmi les députés, espèrent faire partie des heureux élus.

"Cela va en calmer plusieurs qui espèrent bien devenir secrétaire d'Etat et qui vont donc rentrer dans le rang afin de ne pas gâcher leur chance", souligne un élu.

Parmi les députés susceptibles d'entrer au gouvernement figurent Jérôme Guedj, Kader Arif, Thierry Mandon, Thomas Thévenoud ou Jean-Jacques Urvoas, un proche de Manuel Valls.

Ce dernier s'exprimera mardi matin devant le groupe socialiste pour convaincre les derniers irréductibles.

CASUS BELLI

Mais la fronde d'une partie du PS lui permet de marquer son territoire dans l'espoir d'infléchir une politique jugée trop "droitière" et de se mettre au centre du jeu politique.

Les "rebelles" souhaitent mettre le gouvernement Valls sous surveillance pour que chaque texte de loi et chaque réforme fassent l'objet de concertations en amont avec les élus.

Pour Marie-Noëlle Lienemann, une sénatrice socialiste qui a signé le pacte des 86 récalcitrants, il est hors de question de laisser les mains libres à Manuel Valls.

"On demandera des gages à chaque vote", rappelle-t-elle, un parlementaire socialiste estimant que Manuel Valls doit prendre garde à ne pas rentrer dans un conflit larvé avec l'Assemblée.

"Sinon chaque texte sera l'objet d'une polémique", dit-il.

Ces députés acceptent mal que le Premier ministre et François Hollande aient décidé que la confiance votée mardi vaudrait approbation du pacte de responsabilité et de ses 30 milliards de baisse de charges pour les entreprises, comme des économies de 50 milliards d'euros.

L'exécutif considère que le discours de politique générale intégrera les principaux éléments de ces deux dossiers et qu'il ne sera pas nécessaire de procéder à un vote séparé.

Cette décision constitue un casus belli pour des élus PS comme Henri Emmanuelli, qui conditionne son vote à une promesse de consultation future des parlementaires sur le "pacte".

"En l'absence de cet engagement précis, ce sera l'abstention", prévient-il dans un texte fourni à la presse.

(Julien Ponthus, Elizabeth Pineau et Emile Picy, édité par Yves Clarisse)


Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.