Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Manuel Valls juge suffisant le traité de Schengen

Reuters16/09/2015 à 19:08

MANUEL VALLS JUGE SUFFISANT LE TRAITÉ DE SCHENGEN

PARIS (Reuters) - Manuel Valls a jugé mercredi que l'idée d'un "Schengen 2" proposée par l'opposition de droite n'était qu'un slogan de campagne à l'approche des régionales, rappelant que l'actuel traité européen de libre circulation permettait déjà de rétablir provisoirement les contrôles aux frontières.

Le Premier ministre a assuré que la France "n'hésitera[it] pas" à utiliser cette possibilité, comme elle l'a déjà fait à la frontière franco-italienne et comme vient de le faire l'Allemagne à sa frontière avec la Hongrie.

"Nous avons déjà rétabli ce printemps des contrôles temporaires à cette frontière. Et nous n'hésiterons pas à le faire de nouveau comme les règles de Schengen le permettent", a-t-il dit lors d'un débat sans vote à l'Assemblée nationale sur l’accueil des réfugiés en France et en Europe.

Huit Français sur dix sont favorables à un rétablissement des contrôles face à l'afflux massif de réfugiés du Moyen-Orient et d'Afrique, comme l'ont fait les Allemands, selon un sondage de l'institut Elabe pour BFM TV.

Nicolas Sarkozy, qui prône une refonte de la politique d'immigration européenne, a mis en garde mercredi contre un risque de "déflagration de la société française" face à la crise des réfugiés qui échappe selon lui à François Hollande.

Après avoir fustigé la "brutalité" et "l'inhumanité" de la présidente du FN Marine Le Pen, Nicolas Sarkozy a estimé que le pouvoir en place, qui s'est engagé notamment à accueillir 24.000 réfugiés sur deux ans, ouvrait la boîte de Pandore.

En réponse, Manuel Valls a défendu la "constance" et la "maîtrise" du gouvernement, assurant concilier "humanité" et "fermeté", et rejeté l'idée d'un "Schengen 2".

"Je sais que certains voudraient faire croire que la solution serait dans l’abolition de Schengen. L’extrême droite nous dit: 'j’avais raison !'", a lancé le Premier ministre.

"QU'Y A-T-IL DE CONCRET DERRIÈRE UN SLOGAN ?"

"D’autres proposent un Schengen 2. Mais qu’y a-t-il de concret derrière ce seul slogan ? Ce que nous proposons, nous, c’est un plan global, qui permettra en le consolidant de préserver cet acquis fondamental de la construction européenne."

Au nom des Républicains, Valérie Pécresse a pourtant jugé que les accords de Schengen étaient "à bout de souffle".

"La vision angélique de Schengen qui accorde les mêmes droits aux Européens et aux non Européens en matière de libre circulation n’est plus soutenable. L’Allemagne, elle-même, en remettant des contrôles à ses frontières a levé ce tabou", a-t-elle dit lors du débat.

Pour le président du groupe UDI, Philippe Vigier, "l’espace Schengen est mort, il n’existe plus ! Il vient d’exploser sous la pression migratoire".

Le responsable centriste prône la création d'une politique migratoire commune et la sécurisation des frontières, mais c'est ce que propose aussi le gouvernement.

Manuel Valls a annoncé lors du débat qu'une enveloppe de 279 millions d'euros serait mobilisée d'ici la fin 2016 pour l'accueil et l'hébergement d'urgence des 24.000 réfugiés.

Le plan adopté en juin prévoit la création de "4.000 places pour des demandeurs d’asile et de 5.500 pour répondre à l’urgence de ceux qui ont déjà obtenu le statut de réfugié", a-t-il rappelé. Il y avait 25.000 places en centres d’accueil des demandeurs d’asile (CADA) en juin 2015.

(Gérard Bon, édité par Yves Clarisse)


Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.