Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Manuel Valls évoque une guerre de civilisation

Reuters28/06/2015 à 14:01

LA LUTTE CONTRE LE TERRORISME ISLAMISTE EST UNE GUERRE DE CIVILISATION, DIT MANUEL VALLS

PARIS (Reuters) - La lutte contre le terrorisme islamiste est une guerre de civilisation mais n'est ni une guerre contre l'islam, ni une guerre entre l'Occident et le reste du monde, a déclaré dimanche le Premier ministre français Manuel Valls.

Deux jours après l'attentat commis à Saint-Quentin Fallavier, où un homme a tenté de faire exploser une usine de produits gaziers et chimiques après avoir assassiné son propre patron dont le corps a été retrouvé décapité, Manuel Valls a rappelé que la menace terroriste était "constante".

"Nous vivons sous une menace terroriste majeure et nous devons savoir que nous devons combattre, nous allons combattre cette menace terroriste dans la durée", a dit le Premier ministre au Grand Rendez-Vous Europe 1-iTELE-Le Monde.

"J'ai dit (en janvier) que nous étions confrontés à une guerre, à une guerre contre le terrorisme, contre l'islamisme radical, contre le djihadisme", a-t-il ajouté.

"Nous ne pouvons pas perdre cette guerre parce que c'est, au fond, une guerre de civilisation. C'est nos valeurs, notre société, nos civilisations que nous défendons", a encore dit Manuel Valls.

Il s'est toutefois défendu d'en faire une opposition entre régions ou entre religions, soulignant à plusieurs reprises que les principales victimes du terrorisme étaient les musulmans, notamment au Proche-Orient où l'Etat islamique est très actif en Irak et en Syrie.

"Il y a une volonté de Daech de s'attaquer à nos valeurs. A l'Occident non, je rappelle que les premières victimes de Daech dans le monde, ce sont les musulmans", a-t-il dit.

Il a aussi réitéré les propos tenus dans le Journal du Dimanche auquel il disait : "La bataille se situe au sein même de l'islam avec, d'un côté, un islam pratiqué par l'immense majorité de nos compatriotes de confession musulmane qui revendiquent des valeurs humanistes universelles et, de l'autre, un islamisme obscurantiste et totalitaire."

Selon le Premier ministre, il y aurait à ce jour en France entre 10.000 et 15.000 salafistes, les tenants d'un islam particulièrement rigoriste. "C'est souvent l'antichambre de la radicalisation, du terrorisme", a-t-il prévenu.

Rappelant que 5.000 Européens environ avaient rejoint l'Etat islamique en Irak et en Syrie, il a prévenu que le phénomène risquait de s'amplifier encore malgré la surveillance des potentiels candidats au départ.

"Nos services considèrent qu'à la fin de l'année, il pourrait y avoir 10.000 Européens engagés dans les rangs de Daech", a-t-il dit.

En France, sur les quelque 1.800 personnes recensées pour des liens plus ou moins étroits avec les filières djihadistes, "608 ont manifesté des velléités de départ", a-t-il souligné. "Ce phénomène est incroyablement puissant."

Dans le JDD, Manuel Valls estime encore que chez beaucoup de Français, la peur a remplacé l'émotion qui prévalait après les attentats de janvier. Mais, observant que "polémiques et divisions nous affaiblissent", il les invite à se montrer "unis et rassemblés".

(Grégory Blachier, avec Henri-Pierre André)

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.