Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Manuel Valls en Corse en pleine polémique sur l'action de l'Etat

Reuters25/11/2012 à 18:14

MANUEL VALLS APPELLE LES FORCES DE SÉCURITÉ EN CORSE À RENOUVELER LEURS MÉTHODES

AJACCIO (Reuters) - Le ministre de l'Intérieur Manuel Valls a appelé dimanche en Corse les forces de sécurité à renouveler leurs méthodes pour endiguer la violence dans un territoire où l'on dénombre 18 meurtres cette année.

Le ministre, qui doit être rejoint lundi par sa collègue de la Justice Christiane Taubira, a également déclaré qu'il lutterait contre la "guerre des polices" et tenterait de résoudre les problèmes de renseignement qui, selon un document judiciaire interne dévoilé cette semaine, minent l'efficacité des services d'enquête sur l'île.

"Je suis conscient que la police et la gendarmerie doivent renouveler leurs méthodes", a dit le ministre à la presse, promettant une plus grande coopération entre ces services à l'avenir ainsi que l'arrivée de 40 policiers et gendarmes supplémentaires dès janvier. L'île en compte actuellement un peu plus de 2.000 au total.

La Corse, qui avec 300.000 habitants est autant peuplée qu'un arrondissement parisien, est en proie à une violence croissante et l'expansion nationale du banditisme corse conduit le gouvernement à parler désormais ouvertement de "mafia".

Manuel Valls, qui avait lors d'une précédente visite sur place le 15 novembre suscité des critiques localement en s'en prenant à une supposée "omerta" locale, a semblé revenir sur ces déclarations.

"C'est un message de confiance et de soutien aux Corses qui sont les premières victimes de cette situation", a-t-il dit aux journalistes.

"Il faudra du temps pour éradiquer cette criminalité violente, faisant peser une menace affairiste et mafieuse sur les secteurs ou l'économie qui réussissent : l'urbanisme et la construction, la sécurité privée et l'industrie touristique", a-t-il ajouté.

L'INEFFICACITÉ DE L'ÉTAT

Les élus locaux brocardent cette idée d'une supposée "omerta" comme un cliché et renvoient l'Etat, incapable de résoudre les homicides et de traiter les dossiers de grand banditisme, à sa responsabilité.

Les syndicats de police ne disent pas autre chose. Samedi, 37 officiers du syndicat majoritaire SGP-Unité police-FO, reçus en préfecture, ont déposé symboliquement 130 boîtes d'armes vides pour dénoncer le manque de moyens.

"Si les assassinats s'arrêtaient, il faudrait à raison de six mois de travail non stop, huit ans aux trois groupes de la PJ corse pour résoudre les assassinats", a comptabilisé le représentant syndicat Raphaël Vallet.

Une note interne du procureur de Bastia, Dominique Alzeari, dévoilée par France 3 Corse vendredi, met en lumière un autre problème, celui de la guerre des services et de l'insuffisance du renseignement.

Le procureur dénonce des "relations insuffisantes entre les services d'enquête" et souligne des "blocages institutionnels". "S'y ajoute une forme de concurrence entre les services d'enquête eux-mêmes s'agissant de la captation et de l'exploitation du renseignement (?) qui nuit gravement à leur efficacité", lit-on dans ce document.

Le procureur regrette "l'absence de structures de coordination du renseignement intérieur". Christiane Taubira a ordonné une enquête sur l'origine de la fuite de ce document.

Manuel Valls a assuré vouloir agir sur ces points. "Il faut que la chaîne pénale puisse travailler normalement. Je suis sûr que la police et la gendarmerie pourront travailler ensemble. De la concurrence, c'est interdit, sinon il y aura des sanctions", a-t-il dit.

"Pendant des années, on s'est concentré sur la lutte antiterroriste et on s'est moins préoccupé des réseaux mafieux, le travail doit être mené en ce sens dans le renseignement intérieur", a-t-il poursuivi.

Selon des statistiques établies par Corse-Matin, un seul des 85 principaux meurtres et tentatives liés au crime organisé commis depuis 2004 a été élucidé.

Manuel Valls réplique par une autre statistique, affirmant que 2.686 personnes ont été mises en cause et 996 écrouées dont 130 pour meurtres sur les 15 dernières années.

Roger Nicoli, édité par Thierry Lévêque

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.