1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Manuel Valls désavoue Ségolène Royal sur l'autoroute A831
Reuters01/08/2014 à 12:44

MANUEL VALLS DÉSAVOUE SÉGOLÈNE ROYAL SUR L'AUTOROUTE A831

PARIS (Reuters) - Le Premier ministre Manuel Valls a annoncé à des élus locaux de Vendée et de Charente-Maritime qu'il autoriserait la tenue de consultations pour la construction de l'autoroute A831 malgré le refus de sa ministre de l'Ecologie Ségolène Royal.

"Le gouvernement n'a pas d'objection à ce que la procédure de consultation soit lancée afin de connaître le coût de cet ouvrage" pour peu que le projet soit conçu dans une démarche de développement durable, écrit le Premier ministre dans une lettre publiée sur le blog du député de Vendée Hugues Fourage.

Ségolène Royal avait défendu mardi sa décision de saborder ce projet d'autoroute entre Rochefort, en Vendée, et Fontenay-le-Comte, en Charente-Maritime, pour protéger le Marais poitevin, un parc naturel qui se situe dans son fief électoral.

Plusieurs élus de l'Ouest avaient dénoncé cette décision, estimant notamment qu'il s'agissait d'un "caprice" qui porterait atteinte à l'économie locale, mais la ministre de l'Ecologie avait qualifié leurs critiques de "brutales et misogynes".

La décision de Manuel Valls a ravi les élus locaux.

"Je me réjouis de cette décision qui fait preuve de synthèse et qui permet de relancer le projet de l'A831", se réjouit Hugues Fourage, pour qui "ce projet est essentiel pour le développement du Sud Vendée que ce soit en termes d'emploi, de désenclavement du territoire, de sécurité".

Le coût de ce tronçon d'autoroute est estimé à 900 millions d'euros et des associations de défense de l'environnement ont soutenu Ségolène Royal, estimant que ce projet relève d'une logique d'aménagement du territoire dépassée.

(Julien Ponthus, édité par Yves Clarisse)

7 commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

  • M4760237
    01 août13:00

    Il faut recadrer Ségolène en permanence. C'est usant.

    Signaler un abus

Voir plus de commentaires

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer