1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Manifestations à Paris: tensions sporadiques dans le quartier des Champs-Elysées
AFP21/09/2019 à 13:26

Un homme tient un gilet jaune au-dessus de sa tête dans le quartier des Champs-Elysées, le 21 septembre 2019 ( AFP / Lucas BARIOULET )

Le quartier des Champs-Elysées était en proie samedi à des tensions sporadiques entre manifestants se revendiquant des "gilets jaunes" et les forces de l'ordre, qui ont usé plusieurs fois de tirs de gaz lacrymogène, a constaté un journaliste de l'AFP.

De petits groupes de manifestants qui, fait inédit, n'arboraient pas le gilet jaune distinctif de ce mouvement social né le 17 novembre 2018, jouaient depuis le milieu de matinée au chat et à la souris avec les forces de l'ordre mobilisées massivement aux abords de l'avenue des Champs-Elysées.

Pour disperser les manifestants, les forces de l'ordre ont tiré à plusieurs reprises des gaz lacrymogènes et chargé avec des matraques, repoussant les manifestants dans les rues voisines.

Le préfet de police avait comme chaque semaine depuis le "fiasco" du maintien de l'ordre le 16 mars, avec le saccage des Champs-Elysées, publié un arrêté interdisant toute manifestation dans ce quartier ce week-end. 

Aux "dispersez-vous" de la police, certains répondaient "Cassez-vous" ou "Tout le monde déteste la police". Les forces de l'ordre à moto (de la Brigade de répression de l'action violente motorisée) sont intervenues à plusieurs reprises, sous les huées.

D'autres manifestants criaient "Macron démission", un slogan entendu depuis le début du mouvement parti d'une colère contre la taxe des carburants et qui s'est propagée à des revendications pour plus de démocratie directe, plus de justice sociale et fiscale et contre les réformes du gouvernement (retraite, chômage...).

Dans ce quartier des Champs-Elysées quadrillé par les forces de l'ordre, des touristes interloqués se sont régulèrement retrouvés pris dans le flot des personnes dirigées par la police hors du périmètre.

A la mi-journée, 106 personnes ont été interpellées à Paris, où est attendue une marche pour le climat dans l'après-midi.

sva/blb/tes

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer