1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Manifestations à Hongkong : la police a tiré à balle réelle pour la première fois
Le Parisien26/08/2019 à 07:58

Manifestations à Hongkong : la police a tiré à balle réelle pour la première fois

C'est une première à Hongkong depuis le début des manifestations pro-démocratie il y a trois mois. Dimanche, alors que de violents heurts avaient éclaté entre manifestants et les forces de l'ordre à Tsuen Wan, un policier a tiré « avec son arme à feu », a fait savoir un officier de la police. Il n'est toutefois pas possible de savoir quelle était la cible du tir.Autre preuve que la situation connaît une escalade de violence, la police antiémeute a utilisé des canons à eau contre les manifestants, après que les tirs de gaz lacrymogènes n'ont pas eu l'effet escompté. Jusqu'à présent, les forces de l'ordre avaient toujours affirmé qu'ils n'utiliseraient cette technique de dispersion qu'en cas de « perturbation à grande échelle de l'ordre public ». Pour l'un des protestataires, « avec la police et des manifestants qui chacun se radicalisent, [ils] seront « davantage utilisés à l'avenir ».La mobilisation a dégénéréDimanche encore, des milliers de Hongkongais défilaient dans le calme sous une pluie battante en direction de Tsuen Wan, à environ dix kilomètres du centre-ville. Mais des protestataires radicaux ont ensuite érigé une barricade et lancé pavés et cocktails Molotov en direction des forces de l'ordre, provoquant leurs réactions violentes.Cette scène est désormais courante depuis le mois de juin à Hongkong, territoire semi-automne qui connaît sa plus grave crise politique depuis sa rétrocession à la Chine en 1997. Né de l'opposition à un projet de loi, désormais suspendu, visant à autoriser les extraditions vers la Chine continentale, le mouvement a mué en une campagne plus globale pour davantage de démocratie et la protection des libertés locales face à Pékin.Depuis le début du mouvement, la réaction du gouvernement central a été contrastée. Si légalement il n'a pas le droit d'intervenir directement à Hongkong, Pékin a eu recours à tout un éventail de méthodes, ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer